top of page

Bacchus, compagnon des Muses


TÊTE PROVENANT D'UNE STATUE DE BACCHUS JEUNE

Artiste romain inconnu, 1-50, Bronze et argent , H. 26 cm

The Getty Villa, Malibu, Californie, Etats-Unis

 

Dans la mythologie grecque, Dionysos est le dieu de la vigne, du vin et de ses excès ainsi que du théâtre et de la tragédie. Il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. Selon les listes, il fait partie ou non des douze Olympiens, bien qu'il ne vive pas sur le mont Olympe : c'est essentiellement un dieu errant. Il a été adopté par les Romains sous le nom de Bacchus, assimilé au dieu Liber Pater.


Compagnon des Muses, Bacchus est à la croisée des arts, que ce soient les arts plastiques ou les arts décoratifs, pour ne citer qu'eux. Et quelles que soient les époques : l'Antiquité, le Moyen-Âge ou l'époque moderne. Ci-après quelques exemples puisés dans le fond du Musée Virtuel du Vin : mosaïque, fresque antique, architecture, enluminure, tapisserie, dessin, sculpture, objet d'art, photographie. Avec une attention particulière portée à la peinture, dont des oeuvres provenant des expositions virtuelles organisées par le musée.



ANTIQUITÉ


DIONYSOS, DIEU DU VIN, ASSIS SUR UNE PANTHÈRE

Sol en mosaïque de galets, fin du IVème s. av. J.-C.

Maison de Dionysos - Musée archéologique de Pella, Grèce

 

L'attribut majeur et personnel de Dionysos est le thyrse qu'il tient à la main, qu'on trouve à ses pieds ou dans son cortège. Ses plantes principales : le pin et le lierre, ainsi que leurs fruits, la pomme de pin et les baies de lierres, dont il est souvent couronné. Ces plantes sont une apparente exception dans la nature, car elles sont toujours vertes au cours de l'année, et ne semblent pas perdre leurs feuilles, ce qui renvoie aux résurrections du dieu. On notera aussi que les vrais fruits du pin sont cachés dans la pomme, et que les baies de lierre, toxiques, entraient dans la fabrication d'une bière que consommaient les ménades, et qui contribuait à leur transe. On trouve aussi le grenadier et la grenade, le figuier et les figues (le grenadier est issu du sang du dieu, ses fruits mûrissent en hiver, et Persépone reste liée aux enfers pour en avoir mangé ; le figuier est associé à la vie cachée dans le monde méditerranéen, car il pousse spontanément là où il y a de l'eau souterraine et révèle les sources). Comme il a apporté la vigne et le vin aux hommes, on trouve également la vigne et le raisin, la coupe à boire. Mais il s'agit plutôt d'une contamination avec Bacchus, son équivalent romain. Les animaux associés sont la panthère, le bouc et l'âne (Source: Wikipedia).


Vin des Arts, Mosaïque >>


DIONYSOS ENFANT ET SA MÈRE SÉMÉLÉ (au premier plan) 70-60 av. J-C, Fresque (détail), après restauration

Villa des Mystères, Pompéi

 

A l’écart de Pompéi, la Villa des Mystères est une ancienne demeure praticienne. Dans le quartier des maîtres, une salle renferme la fresque à laquelle la villa doit sa célébrité et qui vient tout juste d'être restaurée : sur fond rouge pompéien, une frise se déroule une grande composition qui met en scène vingt-neuf personnages grandeur nature. Elle pourrait représenter l’initiation d’une jeune épouse aux mystères dionysiaques, ici la lecture du rituel par un Dionysos (?) enfant. Le culte de Dionysos, dont la maîtresse de céans aurait été prêtresse, était alors en grande faveur en Italie méridionale. La scène présentée au premier plan est étrange : une femme habillée d'un péplos à l'ancienne mode (tunique féminine en laine de style dorien de la Grèce antique) surveille un jeune garçon nu et chaussé de hautes bottes, qui lit un uolumen (rouleau de feuilles de papyrus).

Une autre femme, portant cette fois-ci un habit contemporain de la frise, se tient assise derrière l'enfant. Elle tient dans sa main gauche un uolumen et pose sa main droite sur l'épaule droite de celui-ci. Pédagogue divin, elle lui enseigne son art. La péplophore (celle qui porte le péplos) est une évocation de la nourrice de Dionysos qui apparaît toujours dans ces scènes, en particulier de toilette et d'habillage du héros. Enfin, s’il n’y a nulle trace que Dionysos ait jamais appris à lire, le livre ouvre sur la connaissance et l'univers supérieur des Muses. Notre prêtresse inscrit donc ici son activité pédagogique de mère profane à l'intérieur du mythe de Dionysos, en s'identifiant cette fois-ci à la à la mère du héros, Sémélé.


Vin des Arts, Fresques antiques >>


TEMPLE DE BACCHUS, 1870s

Fin du IIème siècle/début du IIIème

Baalbek, Liban

 

Baalbek est l'ancienne Héliopolis des romains, c'est aujourd'hui un site archéologique. Ce site se trouve au Liban dans le district de Baalbek. Il est constitué de 3 temples : le Temple de Bacchus, le Temple de Jupiter et le Temple de Vénus. Le nom de Baalbek vient de Baal, le nom d'un dieu phénicien. Ce site avait pour but principal de montrer la puissance de l'empire romain. Les temples reprennent l'architecture romaine tout en y apportant des éléments de l'architecture de l'Orient.


Un peu moins grand que le temple de Jupiter, celui de Bacchus est le mieux conservé du site. Il est impressionnant avec son étendue de 19m et son portail monumental de 13m de haut et 6m50 de large. Les colonnes, bases et chapiteaux, font 19m de hauteur, supportant un entablement avec des frises décorées de protomés de lions et de taureaux. Le plafond à caissons est enrichi d'éléments de décor empruntés au répertoire ornemental gréco-romain.


A l'intérieur du temple des colonnes engagées à chapiteaux corinthiens alternent avec des niches superposées (à frontons circulaires dans la rangée du bas et fronton triangulaires pour les niches du haut) contenant jadis les statues des divinités honorées. Au fond du temple, nous retrouvons un adyton où trônait la statue du dieu. Le culte était centré autour d'un jeune dieu (un Adonis local) de la végétation et de la renaissance perpétuelle de la nature. Du vin et d'autres drogues, comme l'opium, étaient utilisés par les fidèles dans le but d'atteindre l'extase. Les représentations décoratives de vignes et pavots laissent supposer l'attribution de ce temple au dieu Bacchus.


Vin des Arts : Sculpture et Architecture >>



MOYEN-ÂGE


BACCHUS, DIEU DU VIN Livre des échecs amoureux, XVe

BnF, Paris




" Bacchus fut appelé dieu par les anciens à cause des propriétés merveilleuses du vin et des effets divers qu'il exerce sur le corps humain, selon la complexité de sa nature, la variété des personnes qui en boivent, et selon la quantité qu'on en boit. […]. Le fait que ce dieu était représenté comme un jeune enfant aux traits féminins symbolise bien la nature du vin, car de même que les jeunes enfants sont heureux, optimistes et généreux par nature, […] de même le vin pris modérément rend l'homme joyeux et optimiste […]. De plus, comme le visage féminin est gracieux, doux, aimable et plaisant à voir, le vin pris avec modération est agréable, plaisant, doux et aimable aux hommes plus que tout. Le visage de la femme attire celui qui le regarde, et bien souvent le trompe et l'affole tellement qu'il ne voudrait plus s'en détourner à cause du plaisir que ce visage lui promet ; de même le bon vin attire le buveur, qui y prend un tel plaisir qu'il ne voudrait rien faire d'autre que boire. […]. Les cornes symbolisent la bestialité à laquelle le vin pris exagérément ramène celui qui boit, car il lui fait perdre l'usage de la raison et le fait ressembler à un animal cornu. Le tigre, qui est traître, cruel et très rapide à la course, nous montre à quelle fureur et à quelle violence le vin amène les ivrognes […]" (Source : BNF).


Enluminure, De vin divin en vin Sacré >>



ÉPOQUE MODERNE - De la fin du Moyen-Âge à nos jours


"SINE CERERE ET BACCHO FRIGET VENUS” Bartholomäus Spranger, c. 1590

Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche

 

Bartholomäus Spranger illustre cette citation du poète latin Terence (c. 185-160 av. J-C.) : “Sans Cérès ni Bacchus, Vénus prendrait froid". En d'autres termes, sans nourriture et sans vin, l'amour se refroidit. Dans la mythologie romaine, Cérès est la déesse de l'agriculture, des moissons et de la fécondité.


Vin et Peinture, De vin divin en vin Sacré : Bacchus, dieu du vin >>