02.08.2019

Le vin et la vigne dans la mosaïque et les vitraux

DIONYSOS, DIEU DU VIN, ASSIS SUR UNE PANTHERE
Sol en mosaïque de galets
Fin du IVème siècle av. J.-C.
Maison de Dionysos
Musée archéologique de Pella, Grèce / 1
PAVEMENT , RINCEAUX DE VIGNE AVEC SCÈNES DE VENDANGE
562 ap. J.C.
Eglises de Saint Lot et Saint Procopius
Khirbat al-Mukhayya
Mont Nébo, Jordanie / 4
PRÉSENTATION PAR HERMES DE DIONYSOS A SILÈNE
IV° siècle ap. J-C
Maison d'Aion
Paphos, Chypre / 2
SCÈNE DE VENDANGES ET DE FOULAGE DU RAISIN
Mosaïque
IVème siècle ap. J-C
Eglise Santa Costanza, Rome / 3
L'IVRESSE DE NOE
Artiste italien, 1215-1235
Basilique Saint-Marc, Venise / 5
LA PARABOLE DES OUVRIERS DE LA ONZIÈME HEURE (d'un ensemble de douze scènes de la Vie du Christ)
Jan Rombouts
Vitrail
ca. 1525-1530
Metropolitan Museum of Art, New York

ATTRIBUTS DE DIONYSOS ET ANIMAUX ASSOCIES

 

1/ L'attribut majeur et personnel de Dionysos est le thyrse qu'il tient à la main, qu'on trouve à ses pieds ou dans son cortège. Ses plantes principales : le pin et le lierre, ainsi que leurs fruits, la pomme de pin et les baies de lierres, dont il est souvent couronné. Ces plantes sont une apparente exception dans la nature, car elles sont toujours vertes au cours de l'année, et ne semblent pas perdre leurs feuilles, ce qui renvoie aux résurrections du dieu. On notera aussi que les vrais fruits du pin sont cachés dans la pomme, et que les baies de lierre, toxiques, entraient dans la fabrication d'une bière que consommaient les ménades, et qui contribuait à leur transe. On trouve aussi le grenadier et la grenade, le figuier et les figues (le grenadier est issu du sang du dieu, ses fruits mûrissent en hiver, et Persépone reste liée aux enfers pour en avoir mangé ; le figuier est associé à la vie cachée dans le monde méditerranéen, car il pousse spontanément là où il y a de l'eau souterraine et révèle les sources). Comme il a apporté la vigne et le vin aux hommes, on trouve également la vigne et le raisin, la coupe à boire. Mais il s'agit plutôt d'une contamination avec Bacchus, son équivalent romain. Les animaux associés sont la panthère, le bouc et l'âne (Source: Wikipedia).

DIONYSOS, DIVIN DES SA NAISSANCE

 

2/ C'est "dans l'imagerie dionysiaque notamment qu'avait puisé l'iconographie chrétienne à ses débuts pour constituer un cycle des Enfances du Christ ; car parmi les dieux et héros, Dionysos était l'un de ceux dont la naissance et la prime jeunesse avaient le plus inspiré les artistes ; le phénomène est particulièrement clair à l'époque romaine... Hermès, assis, présente l'enfant nimbé devant lui à la vénération de l'assistance, comme Marie présente Jésus à l'adoration de ces premiers fidèles que furent les Rois-Mages... C'est le témoignage d'une "influence en retour" de l'iconographie chrétienne sur l'iconographie païenne... 

 

Alors que traditionnellement Dionysos n'est admis au rang des dieux qu'après avoir par ses faits mérité cette apothéose, la présence de Theogonia, assistée des personnifications du nectar (Nektar) et de l'ambroisie (Ambrosia), nourritures des dieux, affirma avec ostentation la divinité de Dionysos dès sa naissance, souligne la caractère divin de cet enfant nouveau-né - d'ordinaire considéré comme un simple mortel - une sorte d'écho de la polémique qui divisait à l'époque chrétiens orthodoxes et disciples d'Arius sur la "consubstantialité de la Sainte-Trinité", c'est-à-dire sur le problème de la divinité du Christ à sa naissance." (source : Janine Bally, Mosaïques antiques du Proche-Orient: chronologie, iconographie, interprétation, PU Franche-Comté). 

 

Dionysos est le seul dieu né d'une mère mortelle : dès Homère et Hésiode, il est présenté comme le fils de Zeus et de Sémélé, fille du roi de Thèbes Cadmos et d'Harmonie. Poussée par Héra jalouse, déguisée en sa nourrice, Sémélé demande à contempler Zeus, de qui elle est enceinte, dans toute sa majesté. Zeus ayant promis doit se présenter muni de sa foudre, qui tue sur le champ Sémélé. Zeus tire alors son fils du ventre de sa mère et, s'entaillant la cuisse, y coud l'enfant pour mener sa gestation à terme. La cuisse pouvant être une désignation euphémique pour les organes sexuels (procédé courant, voir par exemple le français « bas-ventre »), Dionysos pourrait être considéré comme issu directement du sperme (ou de l'urine) de Zeus. Pour le soustraire à la vengeance d'Héra, il est confié à sa tante Ino (sœur de Sémélé) et à son époux, Athamas. Mais découvert par Héra, Dionysos est alors remis aux nymphes, sous la direction de Silène, sur le mont Nysa (ou Nyséion), en Thrace, c'est-à-dire, pour les Grecs, en Asie. Pour échapper à Héra, il est transformé en chevreau. Cependant, après l'épisode de Penthée, Héra, réputée pour sa rancune tenace, décide de punir Ino et Athamas pour avoir recueilli le bâtard de Sémélé. Elle rend le couple fou (source : Wikipédia).

VENDANGES ROMAINES SUR DES VIGNES EN HAUTAIN

3/ Pline l'Ancien, dans son Livre XIV, de Naturalis Historia, entièrement consacré à la vigne et au vin, indiquait que de son temps (au I° siècle) : « En Campanie, on marie la vigne au peuplier ; le cep embrasse son époux, serpente amoureusement parmi les rameaux qu'enlacent ses tiges noueuses, et arrive ainsi au sommet. Sa hauteur est telle, que le vendangeur fait marché pour être, en cas de chute, brûlé et enterré aux dépens du propriétaire. Ainsi la vigne s'élèverait indéfiniment : on ne peut les séparer, ou plutôt les arracher l'un à l'autre. » Il arrivait que des villæ et des domus ne fussent entourées que d'un seul cordon de vigne, issu d'un seul pied, et le naturaliste précise qu'à Rome, dans les portiques de Livie, les treilles qui abritaient une promenade n'étaient formées que par un seul cep de vigne qui donnait jusqu'à douze amphores de vin par an. Puis, sans porter de jugement qualitatif, il remarquait : « Ici, nous empêchons nos vignes de grandir, en les taillant afin que leur vigueur se concentre dans les jeunes poussent ». Volontairement ou non, il préconisait ainsi la législation qu'avait fait adopter, en son temps, Numa Pompilius, interdisant de faire des libations avec du vin provenant de vignes non taillées.

 

En contre-point, il cite la remarque acerbe de Cinéas, l'ambassadeur de Pyrrhus dans la cité d'Aricie, où des ceps gigantesques produisaient un vin âpre de goût, proclama que « la mère d'un tel liquide avait bien mérité un gibet si élevé ». Si Columelle, dans ses douze livres de Res Rustica, aborda toutes les questions relatives à la viticulture, dans les tomes III et IV, ses propos furent moins critiques pour les méthodes culturales et notamment pour les vignes arbustives (en hautain). Montrant un certain ostracisme vis-à-vis des grands crus de la péninsule, il mit en exergue ceux de l'Hispania, son pays natal. mais c'est grâce à lui que nous savons quel était le rendement de la vigne à son époque : un culeus par jugerum, soit environ 30 hectolitres par hectare. Le rendement actuel d'un vignoble de qualité. (source : Wikipédia).

LA VIGNE SYMBOLISE LE PARADIS

4/ Né dans la clandestinité aux premiers siècles de notre ère, l'art chrétien a repris à son compte certains motifs païens qui ont servi de base à une iconographie symbolique, destinée à n'être comprise que des seuls initiés. Celle-ci est maintenue même après la proclamation du christianisme comme religion d'Etat. Art paléochrétien par excellence, la mosaïque abonde ainsi en décors animaliers et végétaux dont la fonction n'est pas seulement décorative. Attribut de Dionysos chez les anciens Grecs, le raisin est devenu le symbole du sang du Christ lors de l'Eucharistie. le sacrifice du Christ est aussi rappelé par le calice d'où s'échappent des rinceaux de vigne. Elle prospère en enserrant de petits personnages ou des animaux, symboles des membres de la communauté unis dans leur amour du Christ.

L'IVRESSE DE NOE, PREMIER VIGNERON DE L'HUMANITE SELON LA BIBLE

5/ Selon le récit biblique, Noé a une femme et trois fils : Sem, Cham et Japhet. Sous les ordres de Dieu, il bâtit une arche afin d'échapper au Déluge. Lui et sa famille étant les seuls humains épargnés, Noé et sa femme sont considérés par la tradition comme les ancêtres de toute l'humanité. La Genèse lui attribue une vie de 950 ans.

Un jour, Noé, qui a trop bu de vin de sa vigne, se trouve nu dans sa tente. Cham le voit tout nu, mais, pas ses frères qui le rhabillent en lui tournant le dos. À son réveil, Noé maudit Canaan, le fils de Cham, et le déclare serviteur de Sem. Quelques textes apocryphes expliquent que la chute du patriarche a été due à l'intervention de Lucifer, l'ange déchu. Fort naïvement, Noé aurait accepté l'aide du diable pour planter sa vigne après le Déluge. Celui-ci, selon la tradition, commença par faire un sacrifice en immolant un mouton, un lion, un singe et un cochon. Tout se gâta quand il en aspergea le plantier. Face à la surprise du patriarche, Satan expliqua alors : « Au premier verre de vin, l'homme deviendra doux et humble comme un mouton, au second, il se sentira fort comme un lion et ne cessera de s'en vanter, au troisième il imitera le singe, dansant tout en disant des sottises, au quatrième, il se vautrera tel un cochon dans la fange et les immondices ».

Pour en savoir plus : Galerie "L'Ivresse de Noé" >>

LA PARABOLE DES OUVRIERS DE LA ONZIÈME HEURE

L’enseignement du Christ passe parfois par un certain nombre de « paraboles » qui sont des comparaisons tirées de la vie courante pour expliquer comment fonctionne le « royaume de Dieu », c’est-à-dire tout ce qui concerne la relation à Dieu : ce que Dieu attend de l’homme, ce que l’homme peut attendre de Dieu, et comment vivre bien avec Dieu et autrui.

 

La onzième heure fait référence à une méthode antique de calcul des heures qui débutait avec le lever du soleil et qui divisait la journée en douze parties. La parabole - dite aussi Parabole des ouvriers dans la vigne - fait intervenir un propriétaire terrien qui rémunère également ses différents employés peu importe l'heure où ils ont entamé leur labeur. Elle raconte comment ce maître de maison, dès le matin, embauche des ouvriers pour une journée de travail dans sa vigne. Au cours de la journée, à trois reprises, il offre du travail et un « juste salaire » aux hommes qui attendent. Et, à la onzième heure, l’avant-dernière heure, donc, il sort à nouveau, questionne ceux qui sont là et leur propose d’entrer dans la vigne pour y travailler à leur tour. Au soir, le maître ordonne à son intendant de payer tous les ouvriers, en commençant par les derniers. À chacun est donné, même aux ouvriers de la onzième heure, le salaire d’une journée complète. « Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers derniers. ».

Pour en savoir plus : Galerie "Paraboles" >>

LE VITRAIL MÉDIÉVAL DU MOYEN-ÂGE : NOTRE-DAME DE CHARTRES  ET NOTRE-DAME DE PARIS

Succédant à l'art roman, l’art gothique s'étend de la seconde moitié du Moyen-Âge à la Renaissance. soit pendant près de 400 ans. La grandeur des cathédrales permet à l’art de se déployer et aux artistes de s’exprimer à travers les vitraux, alors que les murs s'effacent et que les fenêtres sont de plus en plus hautes et laissent passer une lumière plus vive. Symbole de la transcendance, le vitrail médiéval l'exalte, tout en constituant une clôture avec le monde extérieur.

CHARRON ET TONNELIER
Histoire de Noé, 1205-1215 - Cathédrale de Chartres
MARS - LA TAILLE DE LA VIGNE
Zodiaque et Travaux des mois, 1217-1220 - Cath. de Chartres / 4
LES VIGNERONS ÉMONDENT LA VIGNE
Zodiaque et Travaux des mois, 1217-1220 - Cathédrale de Chartres
TRANSPORT D'UN TONNEAU
Histoire de Saint Lubin, 1205-1215 - Cathédrale de Chartres
SEPTEMBRE - LES VENDANGES ET LE FOULAGE
Zodiaque et Travaux des mois, 1217-1220 - Cathédrale de Chartres
DEUX VIGNERONS TAILLENT LES VIGNES
Histoire de la Vierge, 1217-1220 - Cathédrale de Chartres / 8
TIRAGE DE VIN AU TONNEAU
Histoire de Saint Lubin, 1205-1215 - Cathédrale de Chartres
OCTOBRE - OUILLAGE
Zodiaque et Travaux des mois, 1217-1220 - Cathédrale de Chartres / 6
SAINT-VINAGE
Histoire de Saint Lubin,1205-1215 -  Cathédrale de Chartres / 9
DES LÉPREUX
Histoire de Saint Lubin, 1205-1215 - Cathédrale de Chartres / 10
LE SIGNE DU ZODIAQUE DU BÉLIER, L'HOMME TAILLE SA VIGNE
Rosace ouest - Zodiaque, 1220-1225 - Notre-Dame de Paris / 11
LE SIGNE DE LA BALANCE, FOULAGE DU RAISIN
Rosace ouest - Zodiaque, 1220-1225 - Notre-Dame de Paris / 12

4/ Symboliquement, la taille de la vigne rappelle que de même que les désirs, l'énergie de la sève va produire une plante folle, envahissante et stérile, si elle n'est pas disciplinée par l'ascèse du renoncement à ce qui est superflu.

6/Après les vendanges et le foulage, le vin est mis en tonneau. Au début de son travail, l'ouillage est nécessaire pour maintenir le tonneau plein en permanence. Ici, le vigneron complète le niveau de son tonneau avec un tonnelet. 

 

8/ Les vignerons taillent la vigne, activité du mois de mars. Ils sont protégés du froid par un capuchon, et émondent la vigne au moyen d'une serpette à talon. Le sécateur ne sera inventé qu'au tout début du XIXème siècle.

9 et 10/ L'ergotisme ou Feu de Saint Antoine, avec la peste, la lèpre et la syphilis, est au nombre des quatre grands fléaux qui ont dévasté le Moyen-Age. En dehors de la démarche thaumaturgique (celle qui accomplit un miracle) et de l'acte chirurgical, nécessaire lorsque la gangrène n'éliminait pas spontanément le membre sphacélé (nécrosé), il y eut une thérapeutique médicale du Feu de Saint Antoine : le saint Vinage, un vin mis au contact des reliques d'un saint, peut-être chargé de substances médicamenteuses, une "eau" (L'Eau de Saint Antoine) analogue, des fomentations (applications locales et externes d'une médication chaude, ainsi que des onguents dont l'application devait servir à calmer les douloureuses sensations de brûlure (source : Pierre Bachoffner, 1997). L'Hôtel-Dieu de Beaune a porté dès sa fondation le nom de saint Antoine,  patron des hôpitaux en raison de l'implication de l'Ordre des Antonins dans les soins des malades atteints du "Mal des Ardents". Parmi les médicaments utilisés figurait le saint Vinage, vin dont on aspergeait d'abord la statue du saint. Nous sommes ici à la léproserie du Grand Beaulieu à Chartres. Les clercs soignants étaient vêtus de rouge, les malades en blanc. Pour les guérir, on leur donnait à boire le « saint Vinage », du vin ou de l’eau que l’on avait fait couler sur la châsse contenant les saintes reliques à la cathédrale. Un frère soignant en rouge porte la coupe du saint vinage et un malade en blanc montre son visage et tient la palme du martyre. Les lépreux sont alors considérés comme des martyrs qui souffrent comme le Christ a souffert et que seul Dieu peut guérir. Ils ont donc la faveur de Dieu, ils sont choisis par Dieu. Si ce vitrail laisse une telle place aux lépreux, c’est que saint Lubin souffrait lui-même de la lèpre, on dit que son nez était rongé et qu’il portait un faux nez. A cette époque on considérait comme « lèpre » toute maladie de peau et même le mal des ardents.

11/ Les vitraux de la rosace ouest de Notre-Dame de Paris ont été préservés de l'incendie. Ils représentent les travaux agricoles des mois associés aux signes du zodiac, les Vertus et les Vices, les prophètes et, au centre, la Vierge. Traditionnellement, sous le signe du bélier, premier signe du feu, démarre la nouvelle année, le nouveau cycle solaire. La saison du printemps vient d'arriver, un homme taille sa vigne.

 

12/ L'activité d'automne (signe de la balance) débute avec les vendanges.  S'ensuivra le début de la vinification avec le foulage du raisin aux pieds.

LE VITRAIL DE L'EPOQUE MODERNE : NOTRE-DAME DE REIMS ET LE VITRAIL DE CHAMPAGNE

L'époque moderne, qui succède au Moyen-Âge dès le début du XVIème siècle, perpétue le savoir-faire des maîtres verriers.

LA GRAPPE DE CANAAN
Vitrail de Champagne (détail), 1954 - Cathédrale de Reims
LE FOULAGE
Vitrail de Champagne (détail), 1954 - Cathédrale de Reims
LE PRESSOIR
Vitrail de Champagne (détail), 1954 - Cathédrale de Reims

En 1954, la Corporation des vins de Champagne commande au maître verrier Jacques Simon des verrières se rapportant au travail viticole et vinicole, dans la tradition des verrières de corporation du Moyen Âge. C'est un exemple du mécénat de la profession qui fait la célébrité de la région.  Ce vitrail illustre les différentes phases de l'élaboration du vin : soins de la vigne, vendanges... associée aux industries annexes de verriers et bouchonniers. 

LE VIN DES ARTS

Fresques
antiques
Arts
graphiques
Sculpture
et Architecture
Mosaïque et Vitraux
Tapisserie
Objets d'art
Photographie
Affiches et
Dessins de presse
Peinture