01.03.2017

Le vin et la vigne dans la tapisserie

LE VIN (détail)
Jean Lurçat
1947
Musée du Vin, Hôtel des Ducs, Beaune / 6
TAPISSERIE DE BAYEUX, SCÈNE 37
"ET ICI ILS TIRENT UN CHARIOT AVEC DU VIN ET DES ARMES"
1066-1082
Centre Guillaume Le Conquérant, Bayeux / 1
LE CHRIST AU PRESSOIR MYSTIQUE
Pays-Bas du Sud, ca. 1500
73,5 x 77,5 cm
The Metropolitan Museum of Art, New York / 2
JOYEUSE COMPAGNIE A LA LUMIERE DES BOUGIES
Hollande, 1640s
380 x 300 cm
Collection particulière / 3
LES DOUZE ÂGES D'UN HOMME, LE TROISIÈME
TROIS ÂGES D'UN HOMME (36-54) OU L'AUTOMNE
Flandres
D'après un carton de l'atelier de Bernard van Orley
The Metropolitan Museum of Art, New York / 4

LE VIN A-T-IL FAIT GAGNER GUILLAUME A HASTINGS ?

 

1/ La Tapisserie de Bayeux n'est pas, à proprement parler, une tapisserie ; en effet, elle relève de la broderie, de neuf teintes naturelles de laines sur des pièces de lin bis. Elle a été confectionnée pour être exposée à la cathédrale de Bayeux pour une population souvent analphabète. Elle est constituée de neuf panneaux en lin, d'une longueur d'environ 70 mètres et large d'environ 50 centimètres. Chaque scène est assortie d'un commentaire en latin. Au total, 1515 sujets variés (personnages, animaux, édifices, arbres) fournissent une mine de renseignements sur le XIème siècle

Tapisserie de Bayeux, scène 43. "Et ici l'évêque bénit la nourriture et la boisson."

Il s'agit du premier le premier banquet que le duc Guillaume et ses barons normands tiennent sur le sol anglais. l'évêque est Odon, le demi-frère du duc.

 

Les quantités importantes de vin embarquées ont sauvé l’armée de William de la dysenterie pendant tout le mois d’octobre (la bataille proprement dite ayant eu lieu le 14)  alors qu’au cours des deux premières semaines de novembre, le vin venant à manquer, la moitié de ses hommes (dont lui-même) ont été terrassés par la fièvre alors qu’ils buvaient exclusivement de l’eau locale (dans une région très marécageuse). Qu’en eut-il été de la victoire si tant de vin n’avait pas été embarqué ?

LE SANG DE LA VIGNE ET LE SANG DU CHRIST

 

2/ Pour les chrétiens, il faudra la venue du Christ pour effacer la soûlerie du premier patriarche de l'humanité. Jésus de Nazareth se présenta en disant à ses disciples : « Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron » et il poursuivit « Je suis la vigne et vous êtes les sarments » (Jean, XV, 1-5). Les premiers chrétiens représentaient couramment des grappes de raisin sur les mosaïques (baptistères ou pavements) ou les calices. C'était un symbole chrétien primitif répandu. Les poètes latins et les Pères de l'Église ont expliqué la métaphore. Il se répandit ensuite dans toute l'Europe, dans l'art pictural, associé au thème du Bain Mystique, dans le sang du Christ : aspersion du Sang du Christ, Fontaine des vertus, Fontaine de grâce, Fontaine de vie.

 

Le pressoir mystique (en latin torculus Christi) est un thème iconographique chrétien (allégorie), une image de l'Église où le Christ est assimilé à une grappe de raisin écrasée sous le pressoir durant sa Passion, son sang étant le jus de la grappe, devenant la source de tous les sacrements de l'Église et de la Rédemption : il y est représenté agenouillé entre les vis du pressoir, ou foulant du raisin et portant la Croix ou encore couché sous la vis du pressoir: « le Christ foule aux pieds du raisin, et des blessures que son corps a subies, lors de la Passion, coule son sang qui se mêle au vin jaillissant des grappes »… il vient compléter, au Moyen Âge, l'image de la vigne présente en iconographie paléo-chrétienne.

LA JOYEUSE COMPAGNIE, UN SUJET CHER AUX HOLLANDAIS DU XVIIIème

3/ Les peintres hollandais ont été nombreux au XVIIème siècle à illustrer le rôle du vin dans la séduction. Dirck Hals, Gerrit Van Honthorst ou Jan Steen, par exemple, mettent en scène la significative association du vin et de l'amour. C'est ce que font les auteurs de cette tapisserie. C'est également pour eux une façon de célébrer les sens (thème cher aux classiques) qui sont représentés à travers l'évocation d'une joyeuse compagnie, et si le goût est représenté par le vin et le raisin, la vue l'est par les amants se jetant un regard éperdu.

Pour en savoir plus : Galerie "Amour et séduction" >>

BACCHUS REPRESENTE L'AUTOMNE

4/ La troisième tapisserie d’une série de quatre illustrant la vie de l'homme divisée en douze périodes de six ans nous montre au centre Bacchus qui est à l'automne de la vie. Juillet, août et septembre représentent les années 36 à 54.

BACCHUS CELEBRE LE ROI SOLEIL

5/ Le choix des quatre saisons à cette époque est particulièrement adapté au décor d’une résidence royale, l’alternance des saisons étant régie par la course du soleil, dont Louis XIV avait fait l’un de ses symboles. En accord avec le goût du temps, chaque saison est représentée par un épisode mythologique.

LES SAISONS, L'AUTOMNE

Tapisserie des Gobelins, Charles Le Brun, 1673 - Musée national du château de Fontainebleau (5)

Comme les vendanges se font en septembre, Bacchus est couramment utilisé pour symboliser l'Automne, représenté également par les paniers à vendange et, dans le cas présent, Diane, déesse de la chasse. Bacchus et Diane sont assis sur des nuées et tiennent un cadre de fleurs dans lequel est représenté le roi Louis XIV à cheval courant le cerf ; au fond le château de Saint-Germain ; au premier plan, les attributs de l'Automne. La partie transversale de la bordure est un tore de laurier ; les montants renferment des courants de fleurs et de fruits interrompus au centre par des cartouches aux armes de France et de Navarre (source : base Joconde).

UN COQ FOULE DU RAISIN

6/ En vue de l’inauguration du musée du vin en 1949, la ville de Beaune commande une tapisserie à Jean Lurçat. « Cette tapisserie traduit bien le style de Lurçat, exubérant et très chargé », explique Laure Ménétrier, responsable des musées de Beaune. « On y retrouve un monde onirique, avec un foisonnement de détails. L’artiste s’interroge sur le moyen d’atteindre la vie éternelle par l’intermédiaire de la nature... Le coq est également représenté, comme dans beaucoup de tapisseries de Jean Lurçat. Ici, il foule du raisin rouge. » (source : Bien Public).

 

Le coq permet à Lurçat d'expérimenter des gammes de couleurs. "Non, non, il ne s'agit en rien d'une manie. Un thème familier cache toujours une signification, une obligation, une obsession. Et qui si j'ose dire, signifie… Or, j'ai toujours été séduit par la virilité et la vie qui se dégagent de cet animal qui a l'ambition en réveillant les humains, de faire lever le soleil, quoiqu'il en soit le coq annonce le jour, et le jour… n'est ce pas suffisant pour enthousiasmer un peintre ? jour, vie, action… " Jean Lurçat, lettre à un ami, février, 1956.

LE VIN DES ARTS

Fresques
antiques
Arts
graphiques
Sculpture
et Architecture
Mosaïque et Vitraux
Tapisserie
Objets d'art
Photographie
Affiches et
Dessins de presse
Peinture
Livre d or.jpg

Contact : www.musee-virtuel-vin.fr/contact

Musée du vin sur internet

Site d'information à vocation pédagogique et sans but lucratif

Version 2 (édition bilingue anglais-français)

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.