Une sélection de 30 œuvres pour une visite rapide et avoir l'envie d'en voir plus

DIONYSOS ENFANT ET SA MÈRE SEMELE (au premier plan) 70-60 av. J-C, fresque (détail), après restauration - Villa des Mystères, Pompei

press to zoom

VIN DES ARTS

Tout le monde s’accorde à dire aujourd’hui que le vin est un objet culturel majeur. Depuis ses origines les plus lointaines, au moins   6 000 ans av. J.-C., il a toujours occupé une place importante dans les civilisations. Compagnon des Muses, le vin est à la croisée des arts, témoin irremplaçable de notre histoire sociale et culturelle. A l’écart de Pompéi, la Villa des Mystères est une ancienne demeure praticienne. Dans le quartier des maîtres, une salle renferme la fresque à laquelle la villa doit sa célébrité : sur fond rouge pompéien, une frise se déroule. Cette grande composition met en scène vingt-neuf personnages. Elle pourrait représenter l’initiation d’une jeune épouse aux mystères dionysiaques, ici la lecture du rituel par un Dionysos (?) enfant. Le culte de Dionysos, dieu du vin, était alors en grande faveur en Italie méridionale.

 

Pour accéder aux galeries >> 

SCÈNE DE VENDANGES Provenant de l'ancienne église abbatiale bénédictine de Moutiers-St Jean, démolie au XIXe, c. 1125

press to zoom

UNTITLED #224 Cindy Sherman, 1990, photographie cibachrome - MoMA, New York

press to zoom

PEINTURE

BACCHUS ET ARIANE Titien, 1520/22 - National Gallery, Londres

press to zoom

La mythologie gréco-latine a pendant longtemps été le socle du fond commun culturel de l'humanité. Le vin et la religion, depuis la plus haute antiquité, ont des rapports fort étroits. Le vin a été et reste un élément important des pratiques rituelles et sacrificielles. En Grèce antique, il fut à la fois l'objet d'un culte et un symbole de la culture. Venu dans l'île de Naxos, Bacchus consola et épousa Ariane abandonnée par Thésée, et lui donna la fameuse couronne d'or, chef-d'œuvre de Vulcain : "Et je suis celle à qui tu promettais le ciel ! Malheureuse ! En fait de ciel, quelle récompense est la mienne !" Il la prend dans ses bras, sèche ses larmes sous ses baisers et lui dit : "Montons ensemble au plus haut des cieux ; partageant ma couche, tu partageras aussi mon nom". 

Pour accéder aux galeries >> 

LES MÉSAVENTURES DE SILÈNE Piero di Cosimo, c. 1500 - Fogg Art Museum, Harvard, Cambridge

press to zoom

LA BACCHANALE DES ANDRIENS Titien, 1523/26 - Museo del Prado, Madrid

press to zoom

LOTH ET SES FILLES Jan Massys, 1565 - Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

press to zoom

Dans l’Ancien Testament, le mot vin apparaît 173 fois, et la vigne 114. Le vin apparaît sous différentes formes et fait des ravages. Vin serpent, il s’empare des personnages, les précipite sur des obstacles et les fait trébucher. Il est le complice de la débauche, du meurtre, de la duperie : Noé enivré montre sa nudité ; Absalon saoule Ammon pour le tuer ensuite ; les filles de Loth font boire leur père pour l’obliger à l’inceste afin de perpétuer la race humaine après la destruction de Sodome et Gomorrhe , tandis que Balthazar sert du vin à ses invités dans des vases sacrés volés dans le temple de Jérusalem par son père Nabuchodonosor II. Alors que, dans un registre cette fois-ci profane, le Cantique des cantiques, la bien aimée n'hésite pas à dire "Tes caresses sont meilleures que du vin". 

Pour accéder aux galeries >> 

LE FESTIN DE BALTHAZAR Harmenszoon van Rijn Rembrandt, 1635 - National Gallery, Londres

press to zoom

LE CANTIQUE DES CANTIQUES V Marc Chagall, 1960 - Musée national Marc Chagall, Nice

press to zoom

SCÈNES DE LA VIE DU CHRIST : NOCES DE CANA Giotto di Bondone, dit Giotto, 1304/06 - Cappella Scrovegni, Padoue

press to zoom

Les principales références au vin et à la vigne vont, dans le Nouveau Testament, des Noces de Cana à l'Apocalypse, en passant par la parabole des Ouvriers de la onzième heure, la dernière Cène et le Souper à Emmaüs. Si le thème du Pressoir mystique n'est pas expressément cité dans la Bible, il fait directement référence au sang du Christ. Hugh Johnson souligne dans son "Histoire mondiale du vin" que maints témoignages confirment l'influence du culte de Bacchus : "Bacchus-Dionysos était déjà considéré comme un sauveur, ressusciter d'entre les morts était naturel chez les anciens dieux, manger la chaire du dieu et boire son sang représenté par le vin était une idée familière aux grecs tenants du mythe d'Orphée. Attribut de Dionysos chez les anciens Grecs, le raisin est devenu le symbole du sang du Christ lors de l'Eucharistie.

Pour accéder aux galeries >> 

LA CÈNE Le Tintoret, 1559 - Eglise St François-Xavier, Paris

press to zoom

LES PÈLERINS D’EMMAÜS Titien, c. 1530 - Musée du Louvre, Paris

press to zoom

LES REPASSEUSES Edgar Degas, c. 1884/86 - Musée d'Orsay, Paris

press to zoom

Pendant longtemps, le vin est considéré comme un aliment. Il reconstitue les malades, réconforte les travailleurs (comme ici) et accompagne les repas en famille. Dans beaucoup de familles, l’après-repas s’éternisait autour de la table, à peine desservie. On discutait, se remémorant de vieux souvenirs communs. Il régnait une douce atmosphère et une intimité qu’entretenait sans excès le vin, même si ce n’était pas un vin fin. Cela pouvait durer plusieurs heures. En revanche, dans une certaine classe sociale, la carafe de cristal sera un marqueur, en Angleterre comme en France : elle fait partie de l’art de la table, même dans l’intimité, comme l'usage de ne pas rester à table pour prendre le café : on passe au salon, sinon au fumoir, pendant que le personnel dessert. Quant aux cafés, pour nombre de leurs clients, ils sont comme une famille de substitution et une façon de tuer le temps.

Pour accéder aux galeries >> 

UNE FEMME ET UN ENFANT A L'OFFICE Pieter De Hooch, c. 1660 - Rijksmuseum, Amsterdam

press to zoom

CAFÉ DE NUIT Vincent Van Gogh, 1888 - Yale University Gallery, New Haven, Etats-Unis

press to zoom

LE COMBAT DE CARNAVAL ET CARÊME Pieter Brueghel l'Ancien, 1559 Kunsthistorisches Museum, Vienne

press to zoom

C'est bien le vin comme art de vivre et de bien vivre qui domine largement l'imaginaire et les consciences. Depuis toujours, "le vin réjouit le cœur de l'homme" (Psaume 104,15). Associé à l'amitié, aux rencontres, à l'amour, à la fête, voire à la politique, le vin est le compagnon de la vie sociale. Pieter Brueghel l'Ancien est considéré comme le plus grand des peintres de « genre » du XVIe siècle flamand. C’est un fin observateur de la vie truculente et du folklore populaire. Tout est prétexte pour oublier la dureté de la vie quotidienne. C’est l’une des raisons d’être des nombreuses fêtes religieuses. Cette scène de mœurs paysannes symbolise le passage des jours gras à la période de Carême. Elle oppose dans un combat parodique ceux qui fêtent le carnaval et ceux qui font carême.

Pour accéder aux galeries >> 

LE VERRE DE VIN (GENTILHOMME ET DAME BUVANT DU VIN) Vermeer, c. 1658/60 - Gemäldegalerie, Berlin

press to zoom

LE DÉJEUNER DES CANOTIERS Renoir, 1881 - Mémorial Collection Phillips, Washington

press to zoom

CARRIÈRE D'UN ROUE : ORGIE William Hogarth, 1732/35 - Sir John Soane's Museum, Londres

press to zoom

De l’ébriété à l’ivresse, il n’y a qu’un pas que certains de ces artistes n’ont pas hésité à franchir : du XVe au XVIIe siècle pour la condamner au nom de la morale, au XVIIIe pour célébrer la vie des élites ou la fustiger, et au XIXe pour nous rappeler que l’ivresse peut conduire à l’alcoolisme. En revanche, si l’histoire du goût est aussi ancienne que l’histoire, c’est en renouvelant ses critères qu’elle s’affirmera à la fin du XVIIe et au XVIIIe. Les quelques œuvres témoins du plaisir des connaisseurs se concentrent sur le seul XVIIIe. Le goût n’est plus le privilège des (plus) nantis et il déteint sur la bourgeoisie. Les connaisseurs vont se griser de mots pour décrire la couleur, les arômes et le goût du vin. Leur seule ivresse est celle du langage.

Pour accéder aux galeries >> 

ALLÉGORIE DE L'OUÏE, DU TOUCHER ET DU GOÛT (détail) Jan Brueghel l'Ancien, 1618 - Museo del Prado

press to zoom

LES "CONNOISSEURS" DE VIN Jacob Duck, c. 1640/42 - Rijksmuseum, Amsterdam

press to zoom

LES VIGNES A CAGNES Auguste Renoir, c. 1908 - The Brooklyn Museum, New York

press to zoom

Sanction d'une année entière et récompense du travail du vigneron, les vendanges sont un moment clef dont il s'agit de bien choisir la date : "on cueille son vin". Elles étaient autrefois un moment de fête et de réjouissances. Le XVIIIe siècle est marqué par la croissance des échanges maritimes. Le Port de Marseille appartient à la série des ports de France, commandée par Louis XV à Vernet à qui il est demandé de représenter les activités spécifiques à la région. Marseille, qui rattrape les pertes démographiques de la peste de 1720, est avec Bordeaux l'un des deux grands ports du commerce extérieur français. Mais ce dernier, tout comme Nantes ou Rouen, présente l'avantage d'être à la fois un port maritime et un port fluvial.

Pour accéder aux galeries >> 

LA VIGNE VERTE Van Gogh, 1888 - Rijksmuseum Kröller-Müller, Otterlo

press to zoom

INTÉRIEUR DU PORT DE MARSEILLE Claude Joseph Vernet, 1754 - Musée de la Marine, Paris

press to zoom

NATURE MORTE AUX HUÎTRES, A LA COUPE EN ARGENT ET AU VERRE W-C. Heda, 1635 - Metropolitan Museum of Art, New York

press to zoom

Témoignant de la notoriété de la vigne et du vin, très nombreux sont les artistes qui les ont mis en scène dans leurs natures mortes. Et ce dès l'antiquité, comme en témoignent les mosaïques et fresques d'alors en Italie, dans la région du Vésuve. La peinture voit se développer ce nouveau genre dès la fin du XVIe siècle pour prendre tout son essor au siècle suivant. Certaines œuvres du XVIIe ne sont pas exemptes d’informations sur les habitudes alimentaires et les croyances de l’époque. Si au XVIIIe la nature morte est principalement décorative, au XIXe elle devient essentiellement documentaire. En revanche, au XXe siècle, la nature morte n'est le plus souvent qu'un simple exercice de style : futuriste, cubiste, surréaliste, hyper-réaliste, ...  

Pour accéder aux galeries >> 

LE LOUP MORT Jean-Baptiste Oudry, 1721 - Wallace Collection, Londres

press to zoom

LA BOUTEILLE DE VIN Joan Miró, 1924 - Fondation Miró, Barcelone

press to zoom

NOÉ CULTIVANT SA VIGNE, L'IVRESSE DE NOÉ Miroir historial, Vincent de Beauvais, 1463 - BNF, Paris

press to zoom

Technique picturale (au même titre que la fresque ou la peinture de chevalet), l'enluminure est reine au cours du Moyen-Age. Exécutée à la main, elle décore ou illustre un texte, généralement un manuscrit. Jusqu'au XIIe siècle, les manuscrits sont copiés dans les établissements ecclésiastiques, principalement les abbayes, où ils servent à célébrer le culte et à nourrir la prière et la méditation. A partir du XIIIe, un artisanat et un marché laïcs se développent avec l'essor de l'université et des administrations et l'émergence d'un nouveau public amateur de livres. L'enluminure est riche d'enseignements sur l'histoire du vin au Moyen-Âge et de sa place dans la société. Là encore, la peinture est comme un documentaire avec la même thématique que les tableaux.

Pour accéder aux galeries >> 

LES TRÈS RICHES HEURES DU DUC DE BERRY, JANVIER Frères de Limbourg, 1412-1416 - Musée Condé, Chantilly

press to zoom

SINGE TIRANT DU VIN Pontifical de Guillaume Durand, c. 1357 - Bibliothèque Sainte Geneviève

press to zoom