06.12.2017

De vigne en port, le cycle du vin

VUE DU PORT DE LA ROCHELLE (vue partielle)
Claude-Joseph Vernet (1714-1789)

1762

Musée de la Marine, Paris

Dans sa Vue du port de La Rochelle, Vernet n'hésite pas à mettre au premier plan des fûts alors que La Rochelle était supplantée par Bordeaux pour le commerce du vin et par Saintes pour celui des eaux-de-vie produites dans la région de Cognac (après avoir été, du XIIème au XVème siècle, le premier port pour l'exportation de vins dans les Flandres, à Bruges en particulier). En revanche, La Rochelle au XVIIIème était devenue avec Nantes et Bordeaux, un des premiers "ports négriers" de France, participant activement au commerce triangulaire, traite négrière organisée (en France, depuis la fin du XVIème siècle) autour d'échanges entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques. Les navires emportaient dans leurs cales des textiles, des armes, des articles de fantaisie,... et du vin, ainsi que des eaux-de-vie !

Goya Les Vendanges ou l Automne

L'AUTOMNE (ou LES VENDANGES)
Francisco de Goya (1746-1828)
1786-1787
Museo del Prado, Madrid

  

A son arrivée à Madrid, en 1774 et jusqu’en 1792, Goya réalise des cartons de tapisserie pour les résidences royales. C’était une activité peu gratifiante : les œuvres, conservées dans les manufactures, ne pouvaient être montrées au public. L'Automne ou Les Vendanges fait partie de la cinquième série des cartons pour tapisserie destinée à la salle à manger du palais du Pardo, résidence du Prince des Asturies, c'est-à-dire le futur Charles IV, et de son épouse Marie Louise de Parme. Elle est l'une des représentations de chaque saison. Ces cartons servaient de modèle pour des tapisseries de grand luxe cousus d’or et d’argent. La thématique des saisons était en général la plus appréciée pour le rococo et la tapisserie pour décorer les salles à manger. Mais Goya y laisse une empreinte propre en convertissant les allégories en scènes bucoliques représentatives de chaque période de l'année. Les vendanges sont le symbole de l’automne...

 

Pour en savoir plus : Galerie "De vigne en vendange" >>

Marieschi Le Pont du Rialto depuis le Qu

LE PONT DU RIALTO DEPUIS LE QUAI AU VIN
Michele Marieschi (1710-1743)
1740-1743
L'Ermitage, Saint Pétersbourg

  

Avant les chemins de fer, le développement du commerce du vin avait souvent pour préalable des ports maritimes. Venise a joué un rôle important dans l’essor de la viticulture européenne, par le biais du commerce, mais aussi par la production de vins : on arpente de nos jours encore la Riva del vin (« quai du vin ») le long du Grand Canal. Au XIIIème siècle, la Sérénissime importait et réexportait quantité de vins grecs en provenance de Malvoisie (Monemvasia), sur la côte sud-est du Péloponnèse. Cette région produit en effet un vin fort et sucré au goût de muscat, très apprécié à l’époque, et qui plus est apte au vieillissement. Des Vénitiens partent même s’installer en Grèce et à Rhodes pour y cultiver directement la vigne. Le commerce vénitien s’intéresse aussi à d’autres vins, comme celui de Chypre, liquoreux et très réputé ; la Crête fournit quant à elle des vins de consommation courante, ...

 

Pour en savoir plus : Galerie "De cave en port" >>

LES COLLECTIONS DE PEINTURE DU MUSEE VIRTUEL DU VIN

De vin divin en vin Sacré
De boire en savoir-boire
De vigne en port
Décrivez votre image
En nature morte
En enluminure
Décrivez votre image
En voir plus