top of page

Blog : actualités du vin, de l'art et du musée, et œuvres à (re)découvrir

Inscrivez-vous ci-contre, vous serez notifié des publications de posts dès leur parution -->>

Derniers posts


LA LEÇON DE MUSIQUE INTERROMPUE

Vermeer, c. 1660-1661 - The Frick Collection, New York

 

Le Rijksmuseum d'Amsterdam a réussit un tour de force : réunir 28 œuvres de Vermeer, prêtées par des galeries et des collections privées du monde entier, soit les trois quarts des 37 reconnues (35 selon certains experts). A l'ouverture , le 10 février, 200 000 billets étaient déjà vendus ! Les toiles de Vermeer sont sont célèbres pour leur luminosité et les scènes domestiques de la vie néerlandaise du XVIIe siècle, d’une “beauté intense” et où le temps semble s’arrêter, a déclaré le directeur du Rijksmuseum, Taco Dibbits. I


Les femmes buvant du vin constituent un motif essentiel de l'oeuvre de Vermeer. Dans un style élégant et raffiné, il peint la vie intime de femmes silencieuses et intemporelles à qui il donne une impression de naturel qui émeut. Il va consacrer sept de ses œuvres aux effets, sinon méfaits, du vin. Quatre d'entre elles sont présentées à l'exposition que nous propose le Rijksmuseum.


Le vin y est très clairement désigné comme l’instrument de la séduction à qui il donne toute sa saveur. Dans La Leçon de musique interrompue, ce lien est plus discret que dans les trois autres. "Si dans Le Verre de vin (Gentilhomme et dame buvant du vin) - présenté ci-après -, le philtre d'amour est lié à la musique (un divertissement musical a apparemment précédé cette scène comme une sorte de "mise à l'unisson" comme en témoignent le luth sur la chaise et les partitions sur la table), il en est de même [ici]. Mais le vin n'est pas mis en avant (le titre des œuvres est significatif à cet égard) : la jeune femme qui vient de poser son luth et sa partition sur la table, se consacrant ette fois-ci à la lecture d'une lettre (vraisemblablement une lettre d'amour) que l'homme vient de lui remettre. Un verre de vin discrètement montré sur la table derrière la partition, est ici lié aussi bien à la joie qu'à la séduction. Non entamé, il nous indique que la relation amoureuse entre l'homme et la femme n'en est qu'à ses prémisses. Le jeune femme a d'ailleurs le regard tourné vers l'extérieur, ne sachant pas si elle doit lire ce message secret. Sur le mur du fond, est accroché un tableau de Cesar Van Everdingen : il suggère qu'il s'agit à nouveau d'un thème érotique, un cupidon y tendant un billet d'amour. Le motif, dérivé d'un livre à succès publié en 1608 et traitant des emblèmes amoureux, symbolise la fidélité à un seul amant : 'Perfectus amor est nisi ad unum' ('Il n'y a d'amour parfait que pour un seul'). La jeune femme est donc sur le point d'enfreindre la fidélité conjugale que la société attend d'elle. La cage à oiseaux sur le mur montre comment elle doit se conduire : elle est le symbole de la captivité en amour" (Source : Norbert Schneider, Vermeer, Taschen). Amour et musique sont souvent associés dans la peinture hollandaise, le luth y est une métaphore spécifique de l'amour impudique.


LE VERRE DE VIN (GENTILHOMME ET DAME BUVANT DU VIN)

Vermeer, c. 1658-1660 - Gemäldegalerie, Berlin

 

L'homme espère bien que la prise de cet aphrodisiaque, agissant comme un prélude à d'autres plasirs, enlèvera toute résistance à cette femme. Toute occupée à boire le vin offert, elle ne porte pas son regard sur le quatre-feuilles de la fenêtre à demi ouverte. Il est comme un avertissement. Il illustre la Temperantia, la tempérance, l'une des vertus cardinales, avec ses attributs, l'équerre pour agir justement, et la bride pour maîtriser les passions.



SOLDAT ET JEUNE FILLE SOURIANT

Vermeer, c. 1658 - The Frick Collection, New York

 

Le vin est là également l'instrument de la séduction. L'homme domine, c'est lui qui essaie de rendre docile la jeune femme ; alors que celle-ci, éclairée par le soleil, incarne plutôt le principe de la pureté. Elle est en quelque sorte la victime des machinations tébreuses de ce soldat (Source : Norbert Schneider, Vermeer, Taschen).



CHEZ L'ENTREMETTEUSE

Vermeer, 1656 - Staatliche Kunstsammlungen, Dresde

 

Chez l'entremetteuse , le véritable sujet est le commerce de l'amour. La jeune femme, dont les joues sont rougies par le vin, ouvre la main pour prendre la pièce que lui tend le cavalier au chapeau à plume, comme un acompte pour des services clairement attendus (n'hésitant pas a lui saisir la poitrine, ce qu'elle semble apprécier). Le vin aidant, il s'agit de la préparation d'une relation "amoureuse" extra-conjugale, l'entremetteuse vêtue de noir suivant avec attention la réussite de l'affaire" (Source : Robert Schneider, Vermeer, Taschen). Dans la peinture, les vieilles femmes sont souvent représentées en entremetteuses. En ce sens, le récit constitue également un avertissement à l'encontre des jeunes filles : mieux vaut ne pas leur adresser la parole. Les personnes âgées sont également là pour représenter l'idée que la vie passe rapidement et qu'il faut jouir du temps présent. Dans la peinture hollandaise, les plumes piquées dans les couvre-chefs évoquent les mœurs légères (tout comme les décolletés voyants et les bas rouges).




De gauche à droite, les trois autres oeuvres de Vermeer mettant en scène le vin, non présentées à l'exposition et visibles dans les galeries du Musée Virtuel du Vin : 1. La Jeune fille au verre de vin (La Dame et les messieurs), c. 1659-1660 ; 2. La Leçon de musique, 1662-1665 - Royal Collection, Londres ; 3. La Jeune femme endormie, c. 1657 - Metropolitan Museum of Art, New York


Pour en savoir plus : Galerie Amour et séduction (1 et 2) et Galerie Vin de l'ivresse (3)


Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant

(log in, en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.


Le Musée Virtuel du Vin est également présent sur Twitter. Sa version anglaise The Virtual Wine Museum est également présente sur Twitter.





PLAT CIRCULAIRE

"Le Repas de Joseph et ses frères", Nevers, 1641, D. 43 cm - British Museum, Londres


Œuvre à paraître dans la galerie Objets d'art

 

De la table du prince à la taverne du peuple - Le but de cet ouvrage, à paraître d'ici Noël 2022, est de mettre en évidence la manière dont la faïence, par ses formes et ses décors, reflète l'évolution sociologique de la consommation du vin en France, du XVVIIe siècle jusqu'à l'avènement de la société industrielle, et plus précisément de 1640, date de l'apparition officielle du mot faïence, jusqu'en 1863, date de la première apparition du phylloxera.


Collections particulières :
Haut : 1. Nevers, c. 1680, d. 54,5 cm - 2. France, XVIIe, h. 19,5 cm - 3, Nevers, c. 1700, h. 31 cm - 4. Dijon, 1736, h. 23,2 cm
Bas : 1. Nevers, 1768, 23 cm - 2. Desvres, 1780, 22,5 cm - 3. Nevers, 1805, 27,5 cm - 4. Rioz, 1863, h. 24 cm
Cliquez sur les images pour les agrandir et les faire défiler

350 illustrations

Auteur : Jean Rosen

Editions Faton


Pour plus d'informations >>

LA FAÏENCE RACONTE LE VIN
.pdf
Télécharger PDF • 10.29MB


 

Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant

(log in, en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.


Le Musée Virtuel du Vin et sa version anglaise The Virtual Wine Museum sont présents sur Twitter : FR / UK.


LE FESTIN D'HÉRODE (détail)

Pierre Paul Rubens, c. 1635/38 - Scottish National Gallery, Édimbourg, Écosse

 

La collection de peintures "De vin divin en vin Sacré" vient de s'enrichir de vingt-et-une œuvres supplémentaires, réparties dans deux nouvelles galeries : Le Festin d'Hérode et Le Repas chez Simon le Pharisien, deux thèmes bibliques.


LE FESTIN D'HÉRODE

Giotto dit Bondone, 1320 - Capella Peruzzi, Santa Croce, Florence

 

Jean-Baptiste (qui baptisa le Christ) est emprisonné suite à sa dénonciation du mariage incestueux du roi Hérode Antipas avec Hérodiade, sa propre nièce et épouse de son demi-frère. Salomé, fille d’Hérodiade, danse pour les convives d’un banquet, accompagnée par la douce musique d'une vièle (instrument à cordes et à archet du Moyen Âge). Elle subjugue le roi qui lui offre ce qu’elle désire en récompense. Conseillée par sa mère, Salomé réclame la tête de Jean-Baptiste qu'elle présente au roi après qu'elle lui soit remise. Elle la remet ensuite à Hérodiade tandis que le musicien continue de jouer.




FÊTE CHEZ SIMON

Paolo Véronèse, c. 1560 - Galleria Sabauda, Turin

 

Au cours d’une fête chez Simon le Pharisien, à laquelle le Christ et ses disciples sont conviés, une femme repentante entre dans la maison. Elle lave les pieds du Christ avec ses larmes, les essuie avec ses cheveux et les oint de parfum. Simon est scandalisé et critique le Christ d’avoir permis à une telle pécheresse de le toucher et d’avoir permis le gaspillage de précieuses pommades. Jésus lui répond en lui proposant l'exemple de deux débiteurs qui avaient chacun une dette, l'un considérable, l'autre moindre. Le créancier leur remet à tous deux leur dette. Lequel l'aimera le plus ? Simon répond que c'est celui à qui il a remis davantage. Jésus le félicite de cette réponse.

Il lui fait remarquer tous les témoignages de respect et d'amour que cette femme n'a cessé de lui prodiguer ; puis en conclue que les nombreux péchés de cette femme lui sont pardonnés. Et ajoute que celui qui est l'objet d'un moindre pardon ressent un moindre amour. Il s’adresse ensuite à la pécheresse et lui déclare qu’elle est pardonnée. Devant les assistants scandalisés, il dit à la pécheresse que sa foi l'a sauvée et qu’il la renvoie en paix.




Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant

(log in, en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.


Le Musée Virtuel du Vin est également présent sur Twitter. Sa version anglaise The Virtual Wine Museum est également présente sur Twitter.

bottom of page