Blog : actualités du vin, de l'art et du musée, et œuvres à (re)découvrir

Inscrivez-vous ci-contre, vous serez notifié des nouvelles publications de posts.

Derniers posts


LES REPASSEUSES Edgar Degas, c. 1884-1886 - Musée d’Orsay, Paris

Si le thème du travail dans la peinture est courant en Hollande, et ce depuis le XVIIe siècle, ce n’est pas le cas en France, où l’on a longtemps jugé ce sujet indigne. Il faudra attendre le XIXème siècle pour que des peintres décrivent sans détour des scènes de labeur. C’est également à cette époque que la domination de vins rouges bon marché s’affirme. Ils se consomment sur le lieu de travail des ouvriers pour leur apporter non seulement rafraîchissement et forces accrues, mais aussi réconfort et du cœur à l'ouvrage. Cela s’applique aussi bien aux hommes qu’aux femmes, qu’ils soient Les Raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte - une des premières représentations du prolétariat urbain - ou Les Repasseuses d’Edgar Degas. Saisies en plein travail, accablées de fatigue, elles témoignent du regard sans complaisance mais non exempt de tendresse que l'artiste semblait porter sur la classe ouvrière. Il est incisif, impitoyable. Les gestes ont une rare force expressive qui suggère l’impression d’instantané : la repasseuse de gauche s’étire et bâille tenant d’une main une bouteille de vin tandis que sa compagne, le dos voûté, continue obstinément sa tâche.


Galerie Aliment, remède et réconfort >>


Gallery Foodstuff, Remedy and Comfort >>


Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant

(log in, en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.


MVV Le Musée Virtuel du Vin est également présent sur Twitter. Sa version anglaise The Virtual Wine Museum est également présente sur Twitter.


LA CUEILLETTE DES MOULES (ex LES VENDANGEURS)

Auguste Renoir, 1879 - National Gallery of Art, Washington

Ce tableau de Renoir a été abondamment reproduit et copié. Il porte plusieurs titres en anglais ou en français évoquant chacun les vendanges. Il a longtemps été conservé à la National Gallery of Art de Washington, avec pour titre The Vintagers (Les Vendangeurs). En le regardant de plus près, et afin de faire un commentaire approprié, nous nous sommes demandés de quel endroit il s’agissait, étonnés qu’il n’y ait pas de vignes représentées. Que faisait donc Renoir en 1879 à l’époque des vendanges ? Il séjournait à moins de trois kilomètres de Berneval, non loin de Dieppe, accueilli par ses nouveaux amis Marguerite et Paul Bérard au château de Wargemont, à Derchigny-Graincourt. C’est une région où il n’y a jamais eu de vignes, même avant le phylloxera ! Plus généralement, Il n’y a plus de vignes en Normandie depuis le XVIIème siècle !


En poursuivant nos recherches, nous avons appris que cette oeuvre de Renoir avait été prêtée en 2007 à la National Gallery d'Ottawa le temps d'une exposition consacrée aux paysages de Renoir. Il a alors été rebaptisé sous un nom sensiblement différent The Mussel Harvest (La cueillette des moules). Tout s'éclaircissait alors : les pêcheurs remontent de la plage par un chemin qui emprunte une des ravines qui caractérisent sans conteste cette partie de la côte normande. Ceci est corroboré par le site web de la commune de Berneval et par Les Pêcheuses de moules que Renoir a également peintes lors du même séjour et dont les hottes sont semblables. C'était une des activités principales de cette petite commune. Pourquoi pendant si longtemps cette erreur ? Il y a eu probablement au cours de l'histoire de ce tableau (avant son achat en 1921 par le magnat américain Adolph Lewisohn) confusion autour des mots anglais harvest et harvesters qui peuvent s'appliquer aussi bien à la moisson qu'aux vendanges et... au ramassage des moules. Si depuis 2014 la National Gallery of Art expose ce tableau sous son nouveau nom, pourquoi n'a-t-elle fait la modification définitive de sa base de données et ainsi actualisé son site qu'en 2016, ce qui en a intrigué plus d'un. Un simple oubli ?



Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant

(log in, en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.


LES BUVEURS DE VIN, LE TÉMOIGNAGE DES PEINTRES

12 oeuvres sélectionnées et commentées par Le Musée Virtuel du Vin

Les buveurs de vin ont été mis en scène par les peintres, les grands maîtres comme les petits maîtres. L'un d'entre eux, Manet, un des artistes les plus impliqués dans la peinture du vin, aimait à dire que l'art doit refléter la vie. Quand la peinture décrit l'univers du vin, elle n'échappe pas à cette règle. Elle est comme un documentaire, un journal, et nous raconte l'histoire du vin dans toutes les couches de la société, quelles que soient les circonstances. Le vin est le compagnon de la vie quotidienne et de la vie sociale. Il peut aussi être le vin de l'ivresse ou, à l'opposé, par bonheur, celui des connaisseurs. Du simple boire au raffiné savoir-boire, il est un compagnon de tous les instants. A toutes les époques, un thème est récurrent : celui du vin marqueur social.



Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant

(log in, en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.


MVV Le Musée Virtuel du Vin est présent sur Twitter.



WINE-DRINKERS, PAINTERS BEAR WITNESS

12 works selected and commented by The Virtual Wine Museum

Wine-drinkers have been portrayed by every kind of artist, and by great masters as well as more minor painters. One of these painters, Manet (who played a significant role in the representation of wine in art) believed that art should reflect life. Wine, when represented on canvas, is no exception to this rule. Such images are documentary, journalistic: they tell us the role played by wine in all walks of life, without exceptions. Daily life, social life, drunkenness and savoir-boire. Wine has been used as a social marker in every historical era.



The Virtual Wine Museum is on Twitter.