17.10.2019

De l'ébriété à l'ivresse, il n'y a qu'un pas

"Carrière d'un roué III : Orgie", William Hogarth, 1732/35 - Sir John Soane's Museum, Londres | Ivresse | Vin de l'ivresse ou vin des connaisseurs | De boire en savoir-boire | Vin et Peinture | MVV Le Musée Virtuel du Vin

 

CARRIÈRE D'UN ROUÉ III : ORGIE

William Hogarth (1697-1764)  
1732-1735
Sir John Soane's Museum, Londres

Dans la troisième planche, L’Orgie, d’une série consacrée à La Carrière d’un Roué, William Hogarth met en en scène un libertin type : Tom, un jeune homme in­fluençable, qui originaire de la campagne vient de débarquer à Londres après avoir hérité d’une grosse somme et dilapide son argent. À trois heures du matin, il se trouve dans une taverne à prostituées, Rose Tavern, Drury Lane, à Covent Garden, au beau milieu d’une orgie. Avachi, épuisé, il a l’air émasculé et ridicule. Les « vins étrangers » l’ont rendu aussi saoul qu’un lord (As drunk as a Lord). Une prostituée atteinte de syphilis en profite pour glisser une main sous la chemise de Tom, tandis que l’autre tend la montre de ce dernier à l’une de ses compagnes. Autour de la table, de gauche à droite, deux prostituées disputent un concours de crachats, un serveur porte une bougie et un grand plateau qui, sur la table, servira d’estrade à la prostituée qui enlève ses vêtements.

Une femme chante Black Joke, une chanson paillarde qui a vu le jour cinq ans auparavant. Sur les murs, des tableaux d’empereurs romains soulignent les parallélismes entre certains bas-fonds de Londres et la décadence romaine. Ils voisinent le portrait d’un certain Pontac, fameux chef londonien, sans doute pour rappeler que cette maison se veut celle du plaisir des sens. Il s’agit de François-Auguste de Pontac que son père, Arnaud III de Pontac, a en 1666 envoyé à Londres pour ouvrir le tout premier restaurant de la ville – Pontac’s Head – où sera servie une cuisine beaucoup plus élaborée que ce que l’on pouvait alors trouver dans les tavernes traditionnelles et qui était préparée chez des traiteurs. Cet établissement deviendra très vite un lieu de rencontre pour les lumières de l’époque et une plate-forme idéale pour promouvoir les vins du domaine, le fameux Haut-Brion des non moins fameux Pontac, inventeurs du « New French Claret ».

XVIème-XVIIème SIÈCLES

ALLÉGORIE DE LA GOURMANDISE (dite LA NEF DES FOUS)
Jérôme Bosch, c. 1495/1500) - Musée du Louvre, Paris / 1
ALLÉGORIE DE L’INTEMPÉRANCE (dite ALLÉGORIE DE LA GLOUTONNERIE)
Bosch, c. 1495/1500 - Yale University, New Haven / 2
LA TENTATION DE SAINT ANTOINE (panneau de dr.)
Bosch, c. 1501 - Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbonne / 3
L'ALLÉGORIE DU VICE ET DE LA VERTU
Lorenzo Lotto, 1505 - National Gallery of Art, Washington / 4
AUTOMNE ou ALLÉGORIE CONTRE L'ABUS DE VIN
Sandro Botticelli, c. 1490-1500 - Musée Condé, Chantilly, France
LA JOYEUSE COMPAGNIE
Jan Sanders van Emessen, c. 1540 - Staatliche Museen, Berlin / 6
JEUNE GARÇON BUVANT
Carrache, 1580s - Nathan Fine Art, Zurich
LES TROIS MUSICIENS
Velázquez, 1616/1617 - Gemäldegalerie, Staatliche Museen zu Berlin / 8
LE TRICHEUR A L'AS DE CARREAU
Georges de La Tour, 1635 - Musée du Louvre, Paris / 9
TRICHERIE AUX CARTES
Jan Miense Molenaer, c. 1640-1668 - Rijksmuseum, Amsterdam / 9
LA RIBOTEUSE ou BUVEUSE DE VIN
Gabriel Metsu, 1565-1656 - Musée du Louvre, Paris
LA JEUNE FEMME ENDORMIE
Vermeer, c. 1657 - Metropolitan Museum of Art, New York / 12
LA SERVANTE OISIVE
Nicolaes Maes, 1655 - The National Gallery, Londres / 13
LA KERMESSE A L'AUBERGE DE LA NOUVELLE LUNE
David Teniers le Jeune, 1641 - Gemäldegalerie, Dresden / 14
LA DISPUTE AU JEU
Jan Steen, 1660s ? - Gemäldegalerie, Berlin / 15
UN COCHON A SA PLACE DANS LA PORCHERIE
Jan Steen, c. 1673/1675 - Mauritshuis, Pays-Bas / 16
COUPLE IVRE
Jan Steen, c. 1655-1665 - Rijksmuseum, Amsterdam / 17
LES EFFETS DE L’INTEMPÉRANCE
Jan Steen, c. 1663-1665 - National Gallery, Londres / 18
LA MAISONNÉE DISSOLUE
Jan Steen, c. 1663/1664 - The Metropolitan Museum of Art, New York / 19
LE VIN EST MOQUEUR
J. Steen, 1663/1664 - Norton Simon Museum, Pasadena, CA, Etats-Unis / 20
LE MONDE A L'ENVERS ou LES MÉFAITS DE LA LUXURE
Jan Steen, 1663 - Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche / 21

> Découvrez les œuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

1-2-3/ Plus étonnantes sont les œuvres directement porteuses du message de la morale ambiante, celle de l’Église. Le thème des péchés capitaux fait référence à la Bible qui dénonce sept vices comme principaux, c’est-à-dire comme ceux dont découlent tous les autres. Aux XVe et XVIIe siècles, ils inspirent les artistes qui les traiteront sous forme d'allégories au contenu moral. Dans son monde imaginaire, son Allégorie de la gourmandise et son Allégorie de l'intempérance - Pour en savoir plus et accéder aux œuvres dans leur décor >> -, Jérôme Bosch dénonce l’ivresse et plus généralement celle des sens, comme dans La Tentation de Saint Antoine où il donne une forme à l'idée dont était hantée la société de la fin du Moyen-Âge : l'empire de Satan sur le monde et les luttes de l'âme. La luxure, la gloutonnerie et le vin s'unissent et sont sur le point de faire vaciller l'ermite. L'historien d'art Wilhem Fraenger évoque le Deutéronome (XXXII, 33) : "le vin est le venin des serpents, c'est le poison cruel des aspics".

 

4/ Le panneau de Lorenzo Lotto Allégorie du Vice et de la Vertu fut peint à l’origine pour protéger le portrait de son mécène Bernardo Rossi, mécène de Lotto. De chaque côté du blason de l’évêque figurent deux “paysages moralisés” de contenu volontairement opposé : à gauche, la voie menant à la Vertu est symbolisée par un enfant tout à son activité, dépeint au premier plan près de rochers et de plantes épineuses, mais sur un fond de pâturages ensoleillés. À droite, le chemin menant au Vice est au contraire symbolisé par un satyre ivre étendu sous un groupe d’arbres.

 

8/ Commentaire prochainement disponible
 
9/ Plus prosaïquement, il s’agit donc de bien faire comprendre qu’il y a un réel danger à ne pas se comporter comme il convient pour mériter d’aller au paradis. Plus d'un siècle après, c'est ainsi qu'avec beaucoup de raffinement et une splendide composition, Le Tricheur à l’as de carreau de Georges de La Tour illustre le thème de l'opposition entre l'innocence et le vice. Le jeune homme est ici soumis aux trois tentations majeures selon le XVIIe siècle : le jeu, le vin, la luxure. 
Pour en savoir plus et accéder à l'œuvre dans son décor >>

 

12/ En tant qu'incarnation du vice, les femmes buvant du vin, quitte à en être ivres, constituent un motif essentiel de l'œuvre de Vermeer. Cet intimiste hollandais de l'École de Delft peint dans un style élégant et raffiné, la vie intime des femmes silencieuses et intemporelles à qui il donne une impression de naturel qui émeut. Il va consacrer sept de ses œuvres aux effets sinon aux méfaits du vin (sur un total de seulement trente-cinq connues). Si La Jeune femme endormie ici représentée traite des méfaits d'une consommation immodérée, le vin dans les cinq autres œuvres est très clairement désigné comme l’instrument de la séduction à qui il donne toute sa saveur (cf. Galerie " Amour et séduction"). Le vin est comme un philtre d’amour qui peut avoir deux sortes d’effets, soit un amour extrême et insensé, soit un état de mélancolie paralysante... "Une jeune femme a l'air endormie. À ses vêtements élégants, on peut deviner que cette jeune femme est la maîtresse de maison et non pas une servante (NDLR. comme cela est souvent dit). Son geste, la tête appuyée sur la main, n'est pas tout-à-fait évident. On pourrait le prendre pour une manifestation mélancolique, mais il est plus probable qu'il s'agit là d'une référence à la tradition thématique de l'"acedia", l'indolence, Dans la théologie du Moyen-Âge, elle était considérée comme un vice, et même comme un péché mortel.  une époque où les autorités religieuses avaient établi une éthique du travail rigide et ascétique dont les normes s'étendaient jusqu'au domaine domestique : on considérait que la femme qui violait ces normes violait également les lois divines". La "mère de famille" devait être respectueuse envers Dieu et vertueuse et être un exemple évident des vertus chrétiennes et un modèle pour les domestiques. L'acedia était souvent définie comme le résultat de l'ivrognerie. La consommation excessive de vin de cette jeune femme a manifestement un rapport avec une relation extra-conjugale. Le tableau accroché au mur n'est pas là par hasard et nous fournit une indication en ce sens. Vermeer cite ici une peinture de Cesar Van Everdingen qui représente un petit éros démasqué (et qui appartenait à Vermeer et que l'on retrouvera notamment dans La leçon de musique interrompue). Enfin des cruches en faïence de Delft ne cessent d'apparaître dans les toiles de Vermeer. Elles contiennent du vin, un philtre d'amour qui doit séduire les femmes." (Source : Robert Schneider, Vermeer, Taschen).
 
13/ Vermeer s'est sans doute inspiré des scènes de genre des peintres hollandais de son époque tel Nicolaes Maes et sa Servante oisive de la National Gallery. Le thème de l'acedia y est également bien présent, mais dans un contexte social différent. Ici, c'est la servante qui s'est régalée avec le vin de ses maîtres et a négligé son travail, comme nous l'indiquent la vaisselle en désordre et à même le sol, et le chat qui s'empare du poulet.
 
De 14 à 28/ « Toute ivresse comporte donc des oscillations entre des extrêmes qui produit l’alternance entre une exubérance et un abattement, entre une phase d’explosion et une autre de dépression. L’ivresse est bien un vécu contrasté qui alterne joie et tristesse ». C’est ce que nous confirment également d'autres peintres hollandais. Habitués des scènes paysannes et de liesse populaire (Jan Sanders van Emessen, David Teniers, …), ils nous montrent femmes et hommes tombant par terre ivres morts ou en venant aux mains. C’est ainsi que Jan Steen nous dépeint, par exemple avec La Dispute au jeu, Le Couple ivre ou Les Effets de l’intempérance. Dans Le Monde à l'envers... (commentaire à venir).

XVIIIème SIÈCLE

LUNCH DANS UN PARC (Le Déjeuner de jambon, réplique)
Nicolas Lancret, c. 1735 - Museum of Fine Arts, Boston / 1
MARRIAGE A-LA-MODE II: LE TÊTE A TÊTE
William Hogarth, c. 1743 - National Gallery, Londres
CONVERSATION MODERNE DE MINUIT
Hogarth (d'après), c. 1732 - Yale University
VACARME DANS LA MAISON
Cornelis Troots, 1740 - Mauritshuis, La Haye / 4
LE CORDONNIER IVRE
J-B. Greuze, 1776-79 - Portland Art Museum, Portland, OR, Etats-Unis / 5
LE MAÇON IVRE
Goya, 1786 - Museo del Prado, Madrid, Espagne / 6

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

1/ Un siècle plus tard, une véritable mode de l’ivresse avait cours dans l’aristocratie parisienne. La condamnation morale de l’ivresse était encore forte. Elle était aussi considérée comme une faute rédhibitoire de savoir-vivre, mais le champagne bénéficiait d’une image qui en limitait l’infamie. Il y avait certes l’ivresse, mais il y avait aussi le plaisir des sens, la joie collective et même une bénédiction médicale : « De nuages fâcheux ne trouble point la fête, Jamais dans l’estomac n’excite la tempête, Il est tendre, il est net, délicat et léger ». Le spectacle de cette débauche autorisée apparaît au grand jour dans Le Déjeuner de jambon, commandé par Louis XV à Nicolas Lancret ; et maintenant conservé au musée Condé du château de Chantilly.

2/ Commentaire prochainement disponible

3/ Commentaire prochainement disponible

 

4/ Cornelis Troost est l’un des rares artistes hollandais à avoir su adapter la peinture de son pays au siècle nouveau, ainsi que la traditionnelle et illustre scène de genre aux modes nouveaux, inspirés à la fois par les fêtes galantes de style français et par la manière humoristique de Hogarth. Il a scruté les mœurs de la société de son temps avec un trait incisif.

 

5/ L’ivresse n’est pas l’apanage de l'aristocratie et de ses fêtes galantes. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les excès de cette société libertine incitent le gouvernement français ainsi que certains penseurs, tel Diderot, à encourager fortement le retour à une vie plus vertueuse. Non seulement la littérature doit promouvoir cette moralisation, mais la peinture également. Face aux scènes de genre et de marivaudage qui avaient envahi les cimaises dans les précédents Salons (dont Diderot est un critique reconnu de 1759 à 1781), la vertu et la morale reprennent leurs droits. Jean-Baptiste Greuze, peintre de genre autodidacte originaire de Tournus est alors un des peintres les plus remarqués : il donne un caractère vrai et naturel à ses figures et à ses compositions. La simplicité et l’honnêteté des sentiments font le succès de ses tableaux, édifiants. Avec Le Cordonnier ivre, Greuze met en garde contre les méfaits de l’ivresse et se réfère à l'adage selon lequel « les enfants du cordonnier n'ont jamais de chaussures ». Avec leur mère, ils admonestent leur père.

6/ Un maçon ivre est emmené hors du chantier par deux de ses compagnons. Ils ne peuvent retenir leurs petits sourires narquois : le maçon perd son pantalon et ses chaussettes ne tiennent plus.

XIXème-XXème SIÈCLES

JOUR DE FÊTE AU VILLAGE
Sir David Wilkie, 1809/11 - Tate, Londres / 1
MOINES FÊTARDS
John Cranch, c. 1804 - The Tate Britain, Londres / 2
FIVE POINTS
Anonyme, c. 1827? - The Metropolitan Museum of Art, New York / 3
APRES UNE LONGUE CROISIÈRE
John Carlin, 1857 - The Metropolitan Museum of Art, New York / 4
LES BUVEURS
Daumier, 1861 - The Metropolitan Museum of Art, New York / 5
FALSTAFF AU PICHET DE VIN ET A LA PIPE
Mihaly von Zichy, 1873- L'Ermitage, St Pétersbourg / 6
DANS UN CAFÉ
Edgar Degas, 1873 - Musée d'Orsay / 7
L’INTÉRIEUR D'UN CAFÉ, PLACE DU THÉÂTRE FRANÇAIS
Edouard Manet, c. 1880 - Glasgow Museum and Art Galleries / 8
LES POCHARDS
James Ensor, 1883 - Musées royaux de Begique, Bruxelles
L'IVROGNE
Eugène Laermans, 1888 - Musées royaux de Belgique, Bruxelles / 10
LA BUVEUSE DE CHAMPAGNE
Hans Heyerdahl, 1880-1881 - Drammens Museum, Norvège / 11
LES BUVEURS
Vincent Van Gogh, 1890 - The Art Institute, Chicago / 12
AU CAFÉ LA MIE
Henri de Toulouse-Lautrec, c. 1891 - MFA, Boston / 13
BUVEUR
Henri de Toulouse-Lautrec, 1882 - Collection particulière / 14
GUEULE DE BOIS
Toulouse-Lautrec, c. 1886 - Fogg Art Museum, Cambridge / 15
SEULE
Henri de Toulouse-Lautrec, 1896 - Musée d'Orsay, Paris
LE JOUR D’APRÈS ou LENDEMAIN DE CUITE
Edward Munch, 1894-1895 - Nasjonalgalleriet, Oslo, Norvège / 17
PARISIEN A LA BOUTEILLE DE VIN ET AU MORCEAU DE PAIN
E. Hopper, 1906-1907 - Whitney Museum of American Art, New York / 18
L'IVROGNE
Marc Chagall, 1912 - Collection particulière
AUTO-PORTRAIT COMME UN BUVEUR
Ernst Ludwig Kirchner, 1914 - Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg, Allemagne
SOUTINE
Amedeo Modigliani, 1917 - National Gallery of Art, Washington / 21
AUTO-PORTRAIT AVEC DES BOUTEILLES
Edward Munch, 1938 - Musée Munch, Oslo
BUVEUR AU VERRE
Georg Baselitz, 1981 - König Collection, Houston, TX, Etats-Unis
HOMME BUVANT
Francis Bacon, 1955 - Collection particulière

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

 

De 1 à 5/ Commentaires prochainement disponibles

6/ Le vin, c’est aussi de l’alcool, en particulier au XIX° siècle. Il y fait des ravages. C’est alors que Mihaly von Zichy nous présente son Falstaff au pichet de vin et à la pipe. Ce personnage du théâtre de Shakespeare (1597), plutôt attachant, est un alcoolique avéré. Le sack (xérès)  était sa boisson favorite : « Quand j’aurai mille fils, le premier principe d’humanités que je leur inculquerai sera de renoncer aux breuvages sans force et de s’adonner au sack » (Henri IV, II° partie, acte IV, sc. 3). Le mot fatidique est prononcé : s’adonner !

7/ Dans une composition d’une grande audace, Edgar Degas Dans un café saisit l’addiction à l’alcool - largement répandue - de son époque. L'œuvre représente un homme et une femme sur la banquette d'un café, l'air morne, les vêtements usés, le regard triste. Elle, les épaules tombantes, l’air absent, a le visage pâle des buveurs d'absinthe. Lui, détourne son regard d'elle et a la face ravagée par le vin (...). Ces personnages frappent par la solitude extrême qu'ils expriment. Expo­sée pour la première fois à Londres en 1876, l'œuvre de Degas provoque un grand scandale auprès du public victorien. Pourtant, ce thème du café n'a rien de novateur: il remonte à la peinture hollandaise du XVIIème siècle. Ce qui choque à l'époque, c'est le traitement même du sujet, son réalisme outré et son caractère trivial. Degas "analyse" la scène sans aucune complaisance avec un regard pénétrant, lucide et critique sur les mœurs de son temps. Ainsi rapproche-t-on cette toile du roman de Zola, L'Assommoir, l'écrivain avouant au peintre : « J'ai tout bonnement décrit, en plus d'un endroit dans mes pages, quelques-uns de vos tableaux ». Cet instantané comme pris sur le vif devait aussi influencer Manet et Toulouse-Lautrec.

 

8/ Manet utilise un cadrage moins serré dans l’Intérieur d’un café, place du Théâtre Français. Le seul client est une femme aux allures de pocharde qui regarde au loin dans le vide. Le café vient d’ouvrir : l’alcoolisme n’a pas d’heure !

 

10/ À la fin du XIXème siècle, l’abondance de vin à bon marché aidant, l'alcoolisme fait des ravages dans les classes sociales les plus défavorisées, en Belgique comme en France. Eugène Laermans a depuis ses débuts de peintre manifesté un réalisme à tendance sociale et humanitaire, ses compositions mettant régulièrement en scène ouvriers et paysans. Il illustre ici l'alcoolisme, thème rencontré chez d'autres peintres belges de la même époque (tels Henry de Groux et James Ensor). Les premières victimes de cet ivrogne sont sa femme et ses enfants (comme dans "Le Cordonnier ivre" de Greuze). La scène se passe en hiver, la famille occupant le premier plan. Derrière elle, sur l'autre rive, on aperçoit les cheminées d'usine en activité. L'ivrogne, inconscient, marche mécaniquement, soutenu par sa femme, longue et efflanquée, les paupières lasses et la résignation dans le regard tandis que leur petite fille, le visage vieilli, regarde ce terrible spectacle.. Cette addiction à l'alcool, "une seconde nature", évoque la fable d’Ésope "La Femme et l'ivrogne".

11/ La Buveuse de Champagne de Hans Heyerdahl aurait inspiré Munch pour Le Jour d'après. On pourrait alors l'appeler "Le Soir d'avant".

12/ Van Gogh s'adonnait également à l'alcool. Alors qu'il séjournait à l'asile de Saint Rémy, près d'Arles, Vincent Van Gogh fit des copies d'œuvres d'artistes qu'il admirait. C'est ainsi qu'il copia à la peinture une gravure d'Honoré Daumier Physiologie du buveur, les quatre âges. Le titre de l'œuvre de Van Gogh Buveurs masque en partie l'intention caricaturale et parodique, sinon allégorique, de Daumier. Le plus âgé des quatre protagonistes (situé au milieu) s'adonne au vin, alors que l'homme mûr (à gauche) étanche sa soif d'alcoolique avec de la bière et que le jeune homme de droite joue les gros bras en vidant rapidement son verre d'absinthe, dont la couleur verte est la tonalité générale de la toile. "Comme chantent les vieux, piaillent les jeunes" dit un proverbe hollandais bien connu (mis en scène notamment par Jan Steen, cf. galerie "Fêtes et vie en société" >>) : devant ce spectacle donné par les adultes, l'enfant se précipite goulûment sur un verre de lait. A chaque âge sa boisson et ses excès !

 

13/ Le titre de ce tableau vient de "Un miché à la mie", terme de l'argot de l'époque pour désigner un client qui néglige de payer les services d'une prostituée.

 

14/Le Buveur, œuvre de jeunesse de Toulouse-Lautrec, est saisissant de vérité. Déjà alcoolique et l’assumant complètement (« Je boirai du lait le jour où les vaches brouteront de la vigne. »), l’artiste connaissait bien son sujet !

 

15/ Suzanne Valadon était la maîtresse de Toulouse-Lautrec et son modèle. Il lui donnait des leçons de peinture. C'est elle qui pose pour Gueule de bois. Elle incarne une femme du peuple, seule, accablée par l’alcool. Elle fut la première femme peintre à être admise à la Société Nationale des Beaux-arts.

17/ Le titre du tableau d’Edvard Munch Le Jour d’après est suffisamment éloquent. Mais ce Lendemain de cuite (son autre titre) n’est pas un simple récit anecdotique. Il est le témoin impuissant d’une vie rongée par l’alcool, comme celle de l'artiste.

18/ Ce buveur sur un banc est un témoignage de la vie quotidienne de l'époque telle que Hopper l'a connue lors de ses trois séjours parisiens entre 1906 et 1910. C'est ce qu'autre fois on avait l'habitude d'appeler un "clochard", dont les bancs, le vin et le pain étaient le refuge quotidien.

21/ Commentaire prochainement disponible

LE VIN DE L'IVRESSE OU LE VIN DES CONNAISSEURS, LES GALERIES

Vin de l'ivresse
Vin des connaisseurs
En voir plus