18.10.2019

Le café est un carrefour social et une famille de substitution

"Café de nuit", Van Gogh, 1888 - Yale University Gallery, New Haven, Etats-Unis | Au café | Vie quotidienne | De boire en savoir-boire | Vin et Peinture | MVV Le Musée Virtuel du Vin

 

CAFE DE NUIT

Vincent Van Gogh (1853-1890) 

1888

Yale University Gallery, New Haven, Etats-Unis

 

 

 

 

 

Vincent Van Gogh écrit à son frère Théo (août 1888) : " Je vais aujourd'hui probablement commencer l'intérieur du café où je loge... C'est ce qu'on appelle ici un "café de nuit" (ils sont assez fréquents ici) qui restent ouverts toute la nuit. Les "rodeurs de nuit" peuvent y trouver refuge un asile donc, lorsqu'ils n’ont pas de quoi se payer un logement ou qu’ils soient trop souls pour y être admis". Le café est peu animé et le violent éclairage des lampes à gaz accentue sa désolation. Sous le regard du garçon de café, un couple et quelques rares clients assoupis traînent leur solitude jusqu’à tard dans la nuit. Le vin y côtoie l’absinthe. 

Van Gogh ajoute  un mois plus tard : "Dans mon tableau du café de nuit j’ai cherché à exprimer que le café est un endroit où l’on peut se ruiner/ devenir fou/ commettre des crimes. Enfin j’ai cherché par des contrastes de rose tendre et de rouge sang et lie de vin_De doux vert Louis XV et Veronèse contrastant avec les verts jaunes et les verts bleus durs_Tout cela dans une atmosfère (sic) de fournaise infernale de Souffre pâle_Exprimer comme la puissance des ténèbres d’un assommoir". L'expressionnisme de Van Gogh traduit intensément la prémonition d’un destin de perdition. Quelques mois plus tard, il est atteint d’une crise de folie et s’en prend à Gauguin venu à Arles à son invitation. Près de deux ans plus tard, il se suicidera à Auvers-sur-Oise. 

XIXème SIÈCLE

FEMMES A LA TERRASSE D'UN CAFÉ LE SOIR
Edgar Degas, 1877 - Musée d'Orsay, Paris / 1
AU CAFÉ LE BOUCHON (inachevé)
Edouard Manet, 1878-1879 - Musée Pouchkine, Moscou / 2
PÈRE FOURNAISE
Pierre-Auguste Renoir, 1877 - The Clark Art Institute, Williamstone, MA, Etats-Unis
AU CAFÉ
Gustave Caillebotte, 1880 - Musée des Beaux-Arts, Rouen
CAFÉ LA NUIT A ARLES, PORTRAIT DE MADAME GINOUX
Paul Gauguin, 1888 - Musée Pouchkine, Moscou / 5
LE MARCHAND DE VIN LEFRANC, BOULEVARD CLICHY, PARIS
Eero Järnefelt, 1888 - Athenemin Taidemuseo, Helsinki
LE GRAND VERRE
József Rippl-Rónai, 1893 - Collection particulière
LE BON VIN
Simon Hollosy, 1884 - Magyar Nemzeti Galéria, Budapest, Hongrie
AU CAFÉ RICHE
Jean-Louis Forain, 1894 - Collection particulière / 9
PLEIN AIR
Ramon Casas, 1890 - Museo Nacional d'Art de Catalunya, Barcelone
LE BUVEUR
Paul Cézanne, 1890 - The Barnes Foundation, Merion, USA / 11
LES JOUEURS DE CARTE
Paul Cézanne, 1892/93 - Famille royale du Qatar / 12
LES JOUEURS DE CARTE
Paul Cézanne, 1894/95 - Musée d'Orsay, Paris / 13
SCÈNE AU CAFÉ
Edouard Vuillard, 1899 - Neue Pinakotek, Munich
PARTIE DE PLAISIR ou CAFÉ
Edouard Vuillard, c. 1898-1899 - Collection particulière

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

Les cafés naissent au siècle de l’Esprit des Lumières. Ils sont alors à Paris « les salons de l’intelligence et la double marque de la distinction sociale et intellectuelle. On y boit d’ailleurs rarement du vin (du champagne tranquille ou effervescent, du tokay, des vins du Rhin) ». Ils ne sont pas représentés par les maîtres de la peinture qui ne s'intéressent pas encore, pour la plupart, à la scène de genre. À partir de la seconde moitié du XIXème siècle, les cafés se démocratisent et sous des appellations très diverses (cabaret, marchand de vin, mastroquet), drainent toutes les catégories sociales, tous les corps de métier. On y trouve tout le monde.  Lieu de lumière, de chaleur et de rencontres, le café est devenu un carrefour social obligé. Entre les murs, "on" parle, "on" joue, "on" boit, "on" fume, le tout le plus souvent dans l’anonymat et la sociabilité.

 

 

1/  Cafés et cafés concerts deviennent le centre de la vie urbaine. Là encore, c’est la ville haussmannienne qui leur a donné cette importance, dégageant sur les grands boulevards de larges trottoirs sur lesquels se répandent cafés et restaurants, resplendissant le soir de la lueur du gaz. Dans ses Femmes à la terrasse d’un café le soir, Degas y met en scène "des prostituées, créatures fardées, flétries, suant le vice, qui se racontent avec cynisme leurs faits et gestes du jour" (Georges Rivière).

2/ Pour nombre de leurs clients, les cafés sont comme une famille de substitution et une façon de tuer le temps quitte, comme cette femme ivre, à s’endormir sur l’épaule de son voisin dans Au Café Le Bouchon d’Édouard Manet, un familier des cafés parisiens en tous genres.

 

5/ Le 23 octobre 1888, Paul Gauguin arrive chez Van Gogh en Arles. Café la nuit, portrait de Madame Ginoux est l’une des interprétations d’œuvres de Van Gogh de la part de Gauguin. On est loin de l’impression de désolation que Van Gogh avait rendue dans sa version. Les visiteurs anonymes s’effacent derrière l’imposante stature de Madame Ginoux, la propriétaire du café. Gauguin n’avait que faire de la face cachée de la vie, il préférait peindre ses appels à l’imaginaire (comme il le démontre aussi dans Vendanges à Arles, ou Misère humaines). Paul Gauguin nous dépeint "ce (même) café que Vincent aime beaucoup et que j’aime moins. Au fond, ce n’est pas mon affaire et la couleur locale ne me va pas. Je l’aime bien chez les autres, mais j’ai toujours de l’appréhension. C’est affaire d’éducation et on ne se refait pas". Si la toile de Gauguin ne dégage pas le même expressionnisme sans inhibition que celle de Van Gogh, elle met en scène dormeur et prostituées, personnages classiques des cafés ouverts toute la nuit.

9/ « Le soupeur et la soupeuse » est un thème récurrent chez les artistes de cette époque que l'on dit Belle. Que ce soit au café ou au restaurant tous s'y sont essayés. Joyeux, misérabiliste, provoquant, enivré, repu ou bien affamé, tous ont traité avec brio ces morceaux de vie. Ce qui nous frappe,  chez ce couple attablé, c'est ce sentiment de solitude. Ils sont deux mais jamais leurs regards ne se croisent, chacun est dans son monde, l'autre ne compte pas ou s'il compte, c'est pour un seul des personnages qui espère tirer quelques profits ou avantages de l'autre. Deux histoires sans parole se trament. Une frontière est créée par l'espace vide entre les tables : à gauche le gros bourgeois au regard lubrique attend sa note le ventre plein, à droite la « lorette » maigrelette et affamée attend, sans grande conviction, l'offrande d'un dîner (NDLR. On peut également envisager que cette femme jette un regard de mépris sur son voisin) … Le Riche était l’un des grands cafés des Boulevards qui tous étaient également des restaurants. S’y retrouvaient le monde littéraire, des hommes de presse, des peintres, des musiciens, de beaux esprits… Les soirées pouvaient y être coquines, avec de petits salons à l’étage (Source : catalogue vente aux enchères Beaussant Lefèvre).

 

11/ Au Café Riche de Jean-Louis Forain, Le Buveur de Paul Cézanne et, ci-dessous, l’Autoportrait à la bouteille de vin d’Edward Munch, L'Homme au vin d'Amedeo Modigliani, Au Café de Léonard Foujita et Femme au verre de vin de Bernard Buffet témoignent tous les six de la même passivité des protagonistes. En revanche, le personnage de Cézanne est le seul à dégager une impression d’équilibre et de tranquillité.

 

12-13/ Dans Les Joueurs de cartes de Paul Cézanne, au Musée  d'Orsay comme au Quatar (1), la bouteille, sur laquelle joue la lumière, constitue l'axe central de la composition, séparant l'espace en deux zones symétriques et accentuant l'opposition des joueurs : Cézanne prend pour modèles des paysans qu'il observait dans la propriété familiale du Jas de Bouffan, proche d’Aix-en-Provence. Les deux hommes, endimanchés, n’ont pas quitté leur chapeau. Ils paraissent figés et concentrés sur leur jeu. Le café, sans qu’il soit possible de l’identifier, paraît des plus modestes : table de bois couverte d’une nappe courte, chaises ordinaires, simple bouteille de vin. Seul un miroir mural donne de l’éclat au décor. 

14/ L'une des peintures “parisiennes” d’Edward Hopper, Le Bistrot, Red Wine Shop, a été peinte en 1909 aux Etats-Unis, “de mémoire”. C’est une œuvre assez étrange. Nous sommes au bord de la Seine, non loin d'un pont qui pourrait être le Pont-Neuf. Dans le coin gauche, sur la berge, comme en retrait, un couple est assis devant un guéridon de café. Qui sont ces personnages, que se disent-ils, se parlent-ils ? L'homme nous tourne le dos. La femme a l'air plus grande et plus âgée que lui. Est-ce une mère et son fils plutôt qu'un couple d'amants ou d'amoureux ? Difficile à dire. Entre eux, sur la table ronde, deux verres à pied, une bouteille de vin rouge à moitié vide ; et ce rouge, marqué d'un rai de lumière, est de couleur moins vive que la large ceinture de flanelle rouge que porte l'homme, un ouvrier, un débardeur, un travailleur de force, faisant la pause. Le rouge attire notre regard vers une scène que le peintre a pourtant placée dans une sorte d'ombre. (d'après Le Nouvel Economiste, 27 juillet 2012).

15/ Le regard en pleine guerre d'un peintre déjà dadaïste, anti-bourgeois et provocateur. 

 

 Les Joueurs de cartes ont fait l'objet de plusieurs versions de la part de Cézanne : il en existe cinq connues, conservées au musée d'Orsay, au Courtauld de Londres, au Metropolitan Museum de New York, à la Barnes Foundation de Philadelphie et une dernière acquise par la famille royale du Qatar, dans le cadre d'une transaction privée pour un montant de 228 millions d’euros, ce qui en a fait le tableau le plus cher du monde ces trois dernières années ! Triste record, même si l'œuvre est magnifique [NDLR. Il vient d'être battu par une œuvre de Gauguin acquise, par le Qatar également, pour 265 millions d'euros]. Cette version et celles du Musée d'Orsay et du Courtauld sont les trois seules à mettre en scène le vin et seulement deux personnages. La version du Qatar aurait été achevée avant celle du Musée d'Orsay, dont elle est deux fois et demie plus grande (97 x 130 cm vs. 47,5 x 57 cm).

XXème SIÈCLE

DEUX FEMMES AU BAR
Pablo Picasso, 1902 - Hiroshima Museum of Art, Japon
LE BISTROT (RED WINE SHOP)
Edward Hopper, 1909 - Whitney Museum, New-York / 2
JOUEURS DE MANILLE
José Louis Engel Garry, av. 1917 - Musée des Beaux-arts, Libourne
AUTOPORTRAIT A LA BOUTEILLE DE VIN
Edward Munch, 1906 - Musée Munch, Oslo / 4
TAVERNE
Ernst Ludwig Kirchner, 1908 - Saint Louis Art Museum, MO, Etats-Unis
BAR À VIN
Karl Schmidt-Rottluff, 1913 - Brücke-Museum, Berlin
CAFÉ, 1915
Georges Grosz, 1915 - Musée national d'histoire américaine, Washington / 7
AU CAFÉ
George Grosz, 1922 - Collection particulière
AUTO-PORTRAIT AVEC UN VERRE DE CHAMPAGNE
Max Beckmann, 1919 - Städel Museum, Francfort
LA TERRASSE
Ossip Zadkine, 1920 - Collection particulière
AU CAFÉ
Ossip Zadkine, 1921 - Collection Nash, Londres / 11
LE JOUEUR DE GUITARE
Ossip Zadkine, 1920 - Musée d'Art Moderne, Paris
HOMME AU VERRE DE VIN
Amedeo Modigliani, 1918 - Collection particulière / 13
LE CAFÉ AU PETIT POUCET
Raoul Dufy, 1928 - Centre Pompidou, Paris
LE CAFÉ AU PETIT POUCET
Pierre Bonnard, 1928 - Centre Pompidou, Paris
COMPOSITION
Mark Rothko, 1929-1931 - Collections of Kate Rothko Prizel and Christopher Rothko
AU CAFÉ
Léonard Foujita, 1949 - Centre Pompidou, Paris
FEMME AU VERRE DE VIN
Bernard Buffet, 1955 - Musée Bernard Buffet ?
CHUTE AU CAFÉ
Jean Helion, 1974 - Collection particulière
ESPOIR ET DÉSESPOIR D'ANGEL GANIVET
Eduardo Arroyo, 1977 - Musée d'art moderne, Paris

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

2/ L'une des peintures “parisiennes” d’Edward Hopper, Le Bistrot, Red Wine Shop, a été peinte en 1909 aux Etats-Unis, “de mémoire”. C’est une œuvre assez étrange. Nous sommes au bord de la Seine, non loin d'un pont qui pourrait être le Pont-Neuf. Dans le coin gauche, sur la berge, comme en retrait, un couple est assis devant un guéridon de café. Qui sont ces personnages, que se disent-ils, se parlent-ils ? L'homme nous tourne le dos. La femme a l'air plus grande et plus âgée que lui. Est-ce une mère et son fils plutôt qu'un couple d'amants ou d'amoureux ? Difficile à dire. Entre eux, sur la table ronde, deux verres à pied, une bouteille de vin rouge à moitié vide ; et ce rouge, marqué d'un rai de lumière, est de couleur moins vive que la large ceinture de flanelle rouge que porte l'homme, un ouvrier, un débardeur, un travailleur de force, faisant la pause. Le rouge attire notre regard vers une scène que le peintre a pourtant placée dans une sorte d'ombre. (d'après Le Nouvel Économiste, 27 juillet 2012).

4/ Dans cet auto-portrait, Edward Munch est sans force,  solitaire et comme indifférent, résigné. Il est attablé dans un café « claustrophobique » et presque vide que hantent deux serveurs fantomatiques et une vieille femme esquissée à l’arrière-plan. Munch emprunte la voie dans laquelle s’était engagé Van Gogh, celle qui mène à l’expressionnisme.

7/ Le regard en pleine guerre d'un peintre déjà dadaïste, anti-bourgeois et provocateur. 

11/ Probablement un des cafés de Montparnasse que Zadkine fréquentait avec Modigliani, et peut-être dans l'univers enfumé de La Rotonde, où se mêlaient peintres, musiciens et poètes.

13/ Modigliani aimait retenir les traits de ses amis : il a été le portraitiste du Tout Montparnasse. Les terrasses de café étaient l'ordinaire de sa vie quotidienne, le territoire habituel de sa chasse aux modèles et de sa recherche de l'ivresse nécessaire au renouvellement de son inspiration.

LE VIN DES ARTS : LA PHOTOGRAPHIE

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

Compagnon des Muses, le vin est à la croisée des arts, que ce soit, par exemple, la littérature, la musique, les arts décoratifs ou les arts plastiques. Dans tous les cas, le vin est un témoin irremplaçable de notre histoire sociale et culturelle. Si à ce jour, le MVV Musée Virtuel du Vin est principalement consacré à la peinture, quelques exemples puisés dans d’autres formes artistiques nous permettent également de l’illustrer, de "le voir". Ces quelques photographies traitent du même thème que cette galerie de peinture.

Découvrez le Vin des Arts  >>

BISTROT CLOISONNE, PARIS
Robert Doisneau, 1950
CAFE, JOINVILLE-LE-PONT
Doisneau - Centre Pompidou
COCO, RUE XAVIER PRIVAS
Doisneau, 952
LA MÔME BIJOU, PARIS LA NUIT
Brassai, 1933
En voir plus

LE VIN COMPAGNON DE LA VIE QUOTIDIENNE, LES GALERIES

Aliment, remède et réconfort
En famille
Au café
En voir plus