01.03.2017

Dionysos et ses compagnons, le cortège triomphal

"Le Cortège triomphal de Bacchus", Maerten van Heemskerck, 1537/38 - Kunsthistorisches Museum, Vienne | Entourage de Dionysos | Nectar des dieux | De vin divin en vin Sacré | Vin et peinture | MVV Le Musée Virtuel du Vin

 

LE CORTEGE TRIOMPHAL DE BACCHUS 

Maerten van Heemskerck (1462-1522)

1537-1538
Kunsthistorisches Museum, Vienne

 

Poursuivi par sa femme, Zeus emmena Dionysos loin de Grèce, en pays de Nisa. Il le confia aux nymphes qui l’élevèrent. Adulte, Dionysos découvrit la vigne, mais poursuivit par Héra, il fut frappé de folie. Il erra en Égypte et en Syrie, et remonta les côtes de l’Asie jusqu’en Phrygie où la déesse Cybèle l’accueillit. Elle le purifia, l’initia à ses mystères et le délivra de cette folie. Arrivé en Thrace, le roi régnant Lycurgue se montra hostile à sa venue et tenta de le faire prisonnier.

Dionysos réussit à s’échapper chez Thétis, la Néréide, qui lui offrit l’asile dans la mer. Lycurgue captura les Bacchantes qui l’escortaient. Elles furent miraculeusement sauvées et Lycurgue fut frappé de folie. Il se coupa la jambe et tailla son fils à coups de hache, croyant abattre de la vigne, plante sacrée de Dionysos, son ennemi. Lorsqu’il revint à lui, il se rendit compte de son geste et sa terre était frappée de stérilité. L’Oracle révéla que seule la mort de Lycurgue calmerait la colère du dieu. Il fut écartelé par quatre chevaux. Dionysos quitta ensuite la Thrace pour gagner l’Inde. Il soumet le territoire lors d’une conquête armée enchanteresse. Cet épisode donne l’origine du cortège triomphal, un char attelé par des panthères et orné de pampres et de lierre, accompagné de Silène et autre satyres, des centaures, des Ménades.

 

 "Tu fais peser un double joug sur le cou des lynx, paré de rênes aux vives couleurs ; à ta suite marchent les Bacchantes, les satyres et le vieillard aviné dont une tige de férule soutient les membres titubants et qui a peine à se tenir sur le dos voûté de son âne. Partout où tu vas retentissent les cris des jeunes gens, les voix des femmes, les tambourins qu'on frappe de la paume, les bronzes concaves (= les cymbales) et les flûtes de buis au long tuyau." (Ovide, Les Métamorphoses, IV, v. 24-30).

SILÈNE, SATYRE, PÈRE ADOPTIF ET PRÉCEPTEUR DE DIONYSOS

LES MESAVENTURES DE SILENE
Piero di Cosimo, c. 1500 - Fogg Art Museum, Harvard, Cambridge / 1
SILENE IVRE
José de Ribera, 1626 - Musée Capodimonte, Naples / 2
SILÈNE IVRE
Pierre Paul Rubens, GM, 1616-1617 - Alte Pinakothek, Munich

Si Silène accompagne sans cesse Dionysos, dont il est le père adoptif et le précepteur, il est en outre le dieu personnifiant l'Ivresse, assez proche en ce sens de deux autres divinités mineures faisant l'une et l'autre partie du cortège de Dionysos, Comos (la bonne Chère) et Coros (la Satiété), qu'Hérodote fait naître d'Hybris (la Démesure). À partir de la Renaissance, le thème de Silène est régulièrement repris. Il est traditionnellement représenté comme un vieillard bedonnant et joyeux, laid, lubrique, rendu grotesque par son ivresse. Silène est également « un nom générique des satyres devenus vieux » (Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine).

1/ Au centre, Silène tente, sans descendre de son âne, de se fournir en miel dans un arbre creux. Il est alors attaqué par des abeilles. A gauche, il est soigné avec du jus de mûres. A droite, il est péniblement remis sur pieds.

 

2/ Silène, satyre ayant l'aspect d'un humain obèse, est allongé sur le sol, le dos légèrement surélevé. Sa tête est soutenue par les mains de son père, le dieu Pan.

SATYRES

NYMPHE ET SATYRE
Christiaen van Couwenbergh, 1626-1628 - Collection particulière
DEUX SATYRES
Pierre Paul Rubens, 1618-1619 - Alte Pinakothek, Munich
SATYRE BUVANT LE JUS DU RAISIN PRESSE
David de Haen, début XVIIe - Collection particulière

Les satyres sont des créatures ambivalentes, mi-homme, mi-bouc, qui vivaient en pleine nature. Associés aux Ménades, ils forment le « cortège dionysiaque » qui accompagne Dionysos. Ils peuvent aussi s'associer au dieu Pan. Ils fréquentent volontiers les nymphes, divinités mineures caractérisées par leur jeunesse et leur beauté. Elles peuplent la plupart des lieux : forêts et bois, vallées fertiles et bocages, sources et rivières, montagnes et grottes, etc. Elles sont souvent associées à d'autres divinités dont elles accompagnent le cortège, comme avec Dionysos.

MÉNADES / BACCHANTES ANTIQUES

LA DANSE DES BACCHANTES
Charles Gleyre, 1849 - Musée Cantonal des Beaux-arts, Lausanne
PENTHÉE POURSUIVI PAR LES MÉNADES
Charles Gleyre, 1864 - Kunstmuseum, Bâle,
LA MORT D’ORPHÉE
Émile Lévy, 1866 - Musée d’Orsay, Paris

Les Ménades sont les suivantes de Dionysos et l’accompagnent dans ses périples, notamment son voyage vers l’Inde. Suivantes, elles ne sont pas des prêtresses mais elles tiennent une place importante dans la religion et le culte. Elles participent aux mystères et fêtes en l’honneur du dieu. Elles sont vêtues de peaux de lion, la poitrine dénudée, elles portent le thyrse, lance entourée de lierre. Personnifiant les esprits orgiaques de la nature, elles se livrent à des danses frénétiques qui les plongent dans une extase mystique. Certains héros furent victimes de leur force prodigieuse. Les Bacchantes (nom romain des ménades) se conduisent comme des bêtes sauvages et féroces.

CENTAURES

LA BATAILLE DES LAPITHES ET DES CENTAURES
Piero di Cosimo, 1490s - National Gallery, Londres / 1
LA BATAILLE DES CENTAURES ET DES LAPITHES AUX NOCES D'HIPPODOMIE Karel Dujardin, 1667 - Schloss Sanssouci, Potsdam / 2
BATAILLE ENTRE LES LAPITHS ET LES CENTAURES
Lucas Giordano, 1688 - L'Ermitage, St. Petersbourg / 3

Les centaures sont parfois présentés comme des créatures mi-homme, mi-cheval. Ils font également partie du cortège dionysiaque et symbolisaient pour les Grecs les appétits animaux (concupiscence et ivresse). Leur combat contre les Lapithes peut ainsi se lire comme une parabole de l'affrontement des états civilisés et sauvages.

De 1 à 3/ Pirithoos épousa Hippodamie et invita les dieux de l'Olympe à son mariage. Comme il était venu  plus de convives que le palais n'en pouvait contenir, ses cousins les Centaures, ainsi que Nestor, Caenée et d'autres princes thessaliens avaient été installés dans une caverne voisine, bien fraîche et ombragée. Mais les Centaures n'avaient pas l'habitude du vin et, lorsqu'ils eurent senti son odeur, ils repoussèrent le lait caillé qu'on avait posé devant eux et coururent emplir leurs cornes d'argent aux outres de vin... Dans leur ignorance, ils avalèrent d'un seul trait le fort breuvage sans le couper d'eau et devinrent tellement ivres que, lorsque la mariée arriva, suivie de son cortège, dans la caverne pour les saluer, Eurytion sauta de son siège, renversa la table et, la prenant par les cheveux, l'entraîna de force. Aussitôt, les autres Centaures suivant leur exemple, se jetèrent sur les femmes et les jeunes garçons en essayant de les violer. Pirithoos suivi de Thésée, s'élança au secours d'Hippodamie, coupa le nez et les oreilles d'Eurytion, et, avec l'aide des Lapithes, il le jeta hors de la caverne. La bataille qui s'ensuivit, et au cours de laquelle Caenée le Lapithe fut tué, dura jusqu'à la nuit. C'est ainsi que commença la longue guerre qui opposa les Centaures à leurs voisins les Lapithes qui voulaient se venger de l'affront qui leur avait été fait.

LE NECTAR DES DIEUX, LES GALERIES

Dionysos, le dieu du vin
Entourage de Dionysos
Bacchanales
En voir plus

> Vin et peinture  >  De vin divin en vin Sacré  >  Nectar des dieux  >  Entourage de Dionysos