Picasso fête le vin à Bordeaux


SPHÈRE DÉCORÉE D'UNE NATURE MORTE À LA BOUTEILLE DE VIN

Pablo Picasso, 1948, Céramique - Musée National Picasso, Paris

 

Pour sa nouvelle exposition temporaire, Picasso, l’effervescence des formes, la Cité du Vin de Bordeaux a rassemblé quatre-vingts œuvres de l’artiste, depuis ses premiers dessins enfantins de scènes bibliques, jusqu’à la relecture tardive des Ménines de Diego Vélasquez, en passant par ses poteries de Vallauris. L’exposition invite également des contemporains de Picasso comme Juan Gris ou Georges Braque.

« Nous avons la conviction que les vins et alcools populaires sont un vrai sujet dans l’œuvre de Picasso » souligne Marion Eybert, la responsable des projets muséographiques de la Cité du Vin, ajoutant que l’exposition a pour objectif de montrer « la diversité stylistique de Picasso, qui ne s’est jamais arrêté à une forme, un style ou même une technique jusqu’à la fin de sa vie ».


Du cubisme du début du XXe siècle aux tableaux naïfs des années 1960 en passant par le néo-classicisme de l’entre-deux guerres, « le vin représente bien des choses pour Picasso : c’est un plaisir et un symbole de la vie » explique Stéphane Guégan, le commissaire de l’exposition qui explore la place du vin et des alcools populaires dans l'œuvre de Picasso, à travers une large variété de supports (peinture, dessin, céramique, sculpture) et de thématiques, l'ensemble en sept étapes.



Picasso catholique


Dans sa production de jeunesse, Picasso est fortement imprégné par sa culture religieuse. Il représente à de nombreuses reprises le thème de la Cène (le dernier Repas du Christ) et de l’Eucharistie, qui associe le vin au sang du Christ. Le vin apparaît dans ses premières œuvres comme un symbole sacré, héritage catholique.

RETOUR DU BAPTÊME D'APRÈS LE NAIN

Pablo Picasso, 1917, 162 x 118 cm - Musée National Picasso, Paris




L'attrait du populaire


Cafés et cabarets dominent largement la production de Picasso des années 1899-1905, marquée par sa fameuse période bleue. La vie y éclate jusqu’à la violence qu’échauffe l’alcool dans des scènes mêlant la bohème artistique et le peuple, la misère et l’effervescence de la vie moderne.

CAFÉ-CONCERT DU PARALELO

Pablo Picasso, c. 1900, 36 x 48 cm - Musée National Picasso, Paris



LE REPAS FRUGAL

Pablo Picasso, 1904, Eau forte, 43,2 x 37,5 cm



LE JOUR DE L'AN DES CHEMINOTS RÉVOQUÉS

Juan Gris, 1er janvier 1911 - Fusain, gouache et crayon bleu, 32 x 30 cm




Cubisme, l’ivresse des formes


À partir de 1906, Picasso se lance dans un mouvement de grande redéfinition des codes figuratifs : le cubisme. Le vin et tant de boissons, de la bière au rhum, du porto au Pernod et à l’Anis del Mono, en accompagnent le destin entre 1907 et 1914, faisant du verre et de la bouteille une source de métamorphoses infinies.

NATURE MORTE

D'après Pablo Picasso, 1923, 47 x 38,7 cm - Reproduction sous forme lithographique de l’œuvre Nature morte de 1922 conservée au Kunstmuseum de Winterthur, Musée national Picasso Paris




Le rendez-vous des poètes


Dès son installation au Bateau-Lavoir en 1904, Picasso a transformé cet atelier de Montmartre et les cafés alentours en « rendez-vous des poètes ». Peinture et poésie jouent et se répondent au cœur de cet atelier, dans une ivresse créatrice commune.


PORTRAIT-CHARGE DE JAIME SABARTÉS

Pablo Picasso, 1959, Feutres rouge et noir sur papier, 21 x 27 cm - Musée national Picasso, Paris




Le temps de Bacchus


Dans les années 1930, Picasso n’en finit pas d’explorer les sources antiques et de se confronter aux exploits du Minotaure et de Bacchus dans des scènes où coule le vin des dieux.

TÊTE DE FAUNE ET PETIT BACCHUS

Pablo Picasso, 1950/1964, Gravure et pochoir - Fondation Vivanco, Briones, La Rioja



BACCHANALE

Pablo Picasso, 1955, Plume, encre de Chine, lavis et gouache, 50,5 x 65,7 cm - Musée national Picasso




Le potier de Vallauris


À partir de 1946, Picasso se tourne vers les ateliers de Vallauris et rajeunit, dans leurs formes comme leur décor, toute une production d’assiettes, plats, amphores ou simples bouteilles aux accents antiques ou exotiques, réinventant le vocabulaire du vin et du partage.


Picasso dans son atelier de Vallauris (hors exposition)

via Los Angeles Times



BOUTEILLE : FEMME AGENOUILLÉE

Pablo Picasso, 1950, Décor aux oxydes sur émail blanc, 29 x 17 x 17 cm - Musée national Picasso, Paris



PICHET ESPAGNOL

Pablo Picasso, 1954, 22,5 x 11,5 x 24 cm - Musée Magnelli, Vallauris




Retour d’enfance


L'ivresse propre à l’enfance, c’est l’émerveillement devant chaque chose. Picasso le sait et l’âge venant, l’enfance fait son retour dans son ultime production picturale, des années 1966-1973. Il y affronte la hantise de la mort en célébrant les forces de la vie qui eut notamment le vin pour métaphore.

LAS MENINAS [Infanta Margarita María]

Pablo Picasso, 1957, 100 x 81 cm - Musée Picasso, Barcelone



COUPLE À LA COUPE

Pablo Picasso, 1969, 128.6 x 194.9 cm - Collection particulière, New York

 

(jusqu'au 28 août 2022)


Source : Dossier de presse, Cité du Vin, Bordeaux




Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant

(en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.


Le Musée Virtuel du Vin est également présent sur Twitter. Sa version anglaise The Virtual Wine Museum est également présente sur Twitter.