01.08.2019

Le Christ prend son dernier repas avec les apôtres et institue l'Eucharistie

"La Dernière Cène", Leonardo da Vinci, 1498 - Couvent de Santa Maria delle Grazie, Milan | Dernière Cène | Sang du Christ, Nouveau Testament, Bible | De vin divin en vin Sacré | Vin et Peinture | MVV Le Musée Virtuel du Vin

 LA DERNIÈRE CÈNE
Leonardo da Vinci (1452-1519)
1498
Couvent de Santa Maria delle Grazie, Milan

 

 

Il s'agit de la plus célèbre peinture de Léonard de Vinci pour la période des années 1490. Elle est peinte directement sur un mur du couvent Santa Maria delle Grazie à Milan et représente le dernier repas partagé par Jésus et ses disciples avant sa capture et sa mort. Il montre précisément le moment où Jésus déclare : « l'un de vous va me trahir ». Léonard dépeint la consternation que cette déclaration a causé à l'ensemble des douze disciples de Jésus.

Le romancier Mathieu Bandello a observé Léonard au travail et écrit que, certains jours, il peint de l'aube au crépuscule sans même s'arrêter pour manger, et puis ne peint plus les trois ou quatre jours suivants. Selon Vasari, cela provoque l'incompréhension du père supérieur, le prieur, qui chasse le peintre, jusqu'à ce que Léonard demande au duc de Milan Ludovic Sforza d'intervenir. Vasari décrit également comment Vinci doute de sa capacité à peindre proprement les visages de Jésus et de Judas, disant au duc qu'il a peut-être utilisé le moine pour modèle. 

 

Lorsque la peinture est terminée, elle est saluée comme un chef-d'œuvre de conception et de caractérisation, obtenant même plus tard l'admiration de Pierre Paul Rubens et de Rembrandt. L'œuvre a été restaurée sans cesse, la peinture se détachant du support en plâtre. La peinture s'est détériorée rapidement, de telle sorte qu'avant même le centième anniversaire de sa création, elle a été décrite par un témoin comme « totalement dévastée ». Léonard de Vinci, au lieu d'utiliser la technique éprouvée de la fresque, a utilisé la « technique de la tempera », un procédé de peinture utilisant le jaune d'œuf comme médium pour lier les pigments, alors que le support est principalement « gesso », un type de craie fait de carbonate de calcium minéral, ce qui a produit une surface sujette à la moisissure et à l'écaillage. Malgré ces déboires, le tableau est resté l'une des œuvres d'art les plus reproduites.

Du XIVème au XVIIIème SIÈCLE

SCÈNES DE LA VIE DU CHRIST : 13. DERNIÈRE CÈNE
Giotto, 1304-06 - Cappella Scrovegni, Padoue
LA DERNIÈRE CÈNE Duccio di Buoninsegna, 1308-1311 - Panneau arrière du Retable de la Maesta. musée de l'œuvre du Dôme, Sienne
DERNIÈRE CÈNE (bas de La Cène, l’Arbre de Vie et 4 scènes de miracles)
Taddeo Gaddi, 1360s - Santa Croce, Florence
COMMUNION DES APÔTRES
Fra Angelico, 1439-1443 - Cellule des moines, couvent de San Marco, Florence
LA DERNIÈRE CÈNE
Dirk Bouts, 1464-1467 - Saint-Pieterskerk, Louvain, Belgique / 5
DERNIÈRE CÈNE
Domenico Ghirlandaio, 1480 - Chiesa di Ognissanti, Florence
LA DERNIÈRE CÈNE
Cosimo Rosselli, 1481-1482 - Chapelle Sixtine, Rome, Vatican
LA DERNIÈRE CÈNE
Jacopo Bassano, c. 1546 - Galleria Borghèse, Rome
LA CÈNE
Le Tintoret, 1559 - Eglise St François-Xavier, Paris / 9
LA DERNIÈRE CÈNE
Juan de Juanes, c. 1562 - Museo del Prado, Madrid
DERNIÈRE CÈNE
Pieter Pourbus, 1562 - Eglise Notre Dame, Bruges, Belgique
DERNIÈRE CÈNE
Lucas Cranach le Jeune, 1565 - Johanniskirche Dessau, Dessau, Allemagne
LA DERNIÈRE CÈNE
El Greco, c. 1568 - Pinacoteca Nazionale, Bologne
LE REPAS CHEZ LEVI
Paolo Véronèse, 1573 - Gallerie dell'Accademia, Venise / 14
LA CÈNE
Frans Pourbus le Jeune, 1618 - Musée du Louvre, Paris
DERNIÈRE CÈNE
Rubens, 1631-1632 - Pinacoteca di Brera, Milan
LE SACREMENT DE LA SAINTE EUCHARISTIE
Nicolas Poussin, 1647 - New Galleries of Scotland, Edimbourg / 17
LA DERNIÈRE CÈNE
Philippe de Champaigne, c. 1652 - Musée du Louvre, Paris
LA DERNIÈRE CÈNE
Gerbrand van den Eeckhout, 1664 - Rijksmuseum, Amsterdam
LA DERNIÈRE CÈNE
Giovanni B. Tiepolo, 1745-1747 - Musée du Louvre, Paris
LA DERNIÈRE CÈNE (esquisse)
Franz Anton Maulbertsch, 1754 - Vrouwekathedraal, Antwerp, Belgique / 21

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

L’origine biblique de l’Eucharistie se place dans le contexte de la Pâque juive, fête commémorant la sortie d’Égypte par les Hébreux (livre de l’Exode). Cette fête s’étalait normalement sur sept jours. C’est pendant cette fête que Jésus va instituer l’eucharistie : "Le premier jour des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : Où veux–tu que nous te préparions le repas de la Pâque ?" (Matthieu XXVI, 7 et Marc XIV, 12).
 
De son côté, Hugh Johnson souligne dans son "Histoire mondiale du vin" que maints témoignages confirment l'influence du culte de Bacchus : "Bacchus-Dionysos état déjà considéré comme un sauveur, ressusciter d'entre les morts était naturel chez les anciens dieux, manger la chaire du dieu et boire son sang représenté par le vin était une idée familière aux grecs tenants du mythe d'Orphée. Attribut de Dionysos chez les anciens Grecs, le raisin est devenu le symbole du sang du Christ lors de l'Eucharistie.

 

Il y a un nombre incalculable de représentations de la Cène. Finissent-elles pour autant par nous paraître assez banales? Nous avons choisi d'en commenter quelques unes qui se détachent de notre sélection.

5/ Bouts a choisi le moment ou le Christ bénit le pain et le vin. Par ce geste, il institue l'eucharistie. Judas le traitre, au premier plan à gauche, est traité comme un simple témoin silencieux, discret, ce qui n'est habituellement pas si fréquent.
 
9 / L'église Saint-François-Xavier à Paris, consacrée en 1894, abrite une magnifique toile du Tintoret trop peu connue : la Cène, peinte en 1559. Elle fut commandée par la Scuola du Saint-Sacrement de l'église Saint-Félix, à Venise. Enlevée à l'époque napoléonienne, elle fut achetée en France. La baronne du Teil en fit don à la paroisse Saint-François-Xavier. Jésus vient d'annoncer que l'un des apôtres allait le trahir. Tous les convives se regardent avec des visages interloqués, se soupçonnant les uns les autres. Le Tintoret a placé Judas au premier plan, en face du Christ. Il cache derrière son dos le salaire de sa délation.
 
14/ Ce tableau très célèbre de Véronèse est une immense toile de treize mètres de long. Elle représente le Christ entouré d'un ensemble de personnages qui ne sont pas mentionnés dans les Évangiles. L'œuvre qui représente la Cène n'a pas lieu dans une auberge de Palestine, comme le décrit la Bible, mais dans un riche palais d'architecture classique, probablement inspiré de l'un de ceux construits par Palladio. Comme dans ses Noces de Cana, Véronèse ne se départit pas de son esprit railleur, paillard et païen. À l'origine, le thème du tableau est « la Cène ». C’est à la demande des Dominicains de Santi Giovanni e Paolo que Véronèse peint cette Cène. Mais le traitement très personnel du sujet par Véronèse éveille les soupçons du prieur du couvent qui le signale à l'Inquisition. Il est vite accusé d'impiété par le tribunal du Saint-Office, pour avoir situé la Cène dans un lieu où des buveurs, des nains, des noirs, des animaux évoluent dans une atmosphère jugée profane. Il répond aux juges qui s’étonnent du nombre de personnages qu'il a peint : « s’il reste de l’espace dans le tableau je l’orne d’autant de figures que l’on me demande et selon mon imagination. » Condamné à amender l'œuvre pour la mettre en conformité avec ce que le tribunal d'inquisition pense être la bienséance religieuse, Véronèse, avec malice, n'en fera rien, changeant simplement le titre du tableau: La Cène devient Le Repas chez Levi, un épisode tiré de l’Évangile selon Luc (5, 29-32), dans lequel Levi (le nom hébreu de l’apôtre Matthieu) donne un grand festin dans sa maison. Ses convives y sont invités à faire « bonne chère », en bonne compagnie, pour l’amour de Dieu. Belle façon de se moquer des censeurs !
 
17/ Poussin est l’un des rares peintres à combiner en une seule œuvre les deux moments essentiels de la Cène : l’annonce de la trahison de l’un des douze apôtres, et l’institution de l’Eucharistie par le Christ. Judas semble déserter le repas et personne ne lui prête attention, bien que dans les Évangiles il ne soit pas toujours dit si Judas reste ou non jusqu’à la fin du repas pascal. Mais Saint Augustin, dont Poussin était l'un des disciples, élevait l’Évangile selon Jean au-dessus des trois autres. Pour celui-ci, il ne fait aucun doute, "Judas.. se hâta de sortir" (Jean, XIII, 30). Poussin fait preuve d’une certaine rigueur contextuelle en présentant les disciples allongés sur des divans, en position semisdraiati, comme c’était l’usage à l’époque romaine ; et non pas dans un décor qui faisait partie de son quotidien comme c’était le plus souvent la pratique des peintres dans les récits bibliques (et mythologiques). 

21/ Commentaire à venir

XXème SIÈCLE

LA DERNIÈRE CÈNE
André Derain, 1911 - Art Institute of Chicago
LA CÈNE
Salvador Dali, 1955 - NGA, Washington DC, Etats-Unis
LE REPAS DE L'HOMME AVEUGLE
Pablo Picasso, 1903 - The Metropolitan Museum of Art, New York / 3

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

 

3/ Commentaire à venir 

Texte biblique : Nouveau Testament, Évangiles, Luc XXII, 14-20

"L'heure étant venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui. Il leur dit: J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir ; car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit: Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous ; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu. Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous" (Luc, XXII, 14-20).

LA DERNIÈRE CÈNE AU MOYEN-ÂGE DANS LES MANUSCRITS ILLUMINES

XIIème, nord de l'Angleterre
Évangéliaire de Spire, 1220
Livre d'heures de Madame Marie, 1285
Graduel à l'usage du couvent de Sion
En voir plus

> Découvrez les oeuvres dans leur entier en cliquant sur les vignettes

Technique picturale (au même titre que la fresque ou la peinture de chevalet), l'enluminure est reine au cours du Moyen-Age. Exécutée à la main, elle décore ou illustre un texte, généralement un manuscrit. Si jusqu'au XIIème siècle les manuscrits sont copiés dans les établissements ecclésiastiques, principalement les abbayes, où ils servent à célébrer le culte et à nourrir la prière et la méditation ; à partir du XIIIème, un artisanat et un marché laïcs se développent avec l'essor de l'université et des administrations et l'émergence d'un nouveau public amateur de livres.

 

Découvrez le vin dans l'enluminure : De vin divin en vin Sacré >>

LE VIN DES ARTS : SCULPTURE ET VITRAUX

NOTRE-DAME, SCÈNES DE LA VIE DU CHRIST : LA CÈNE, Pierre de Chelles, 1300/18 - Clôture du chœur, coté nord
LA CENE, Saint-Sulpice, Breteuil-sur-Iton, Eure

SCÈNES DE LA VIE DU CHRIST : LA CÈNE, Pierre de Chelles, 1300/18 - Clôture du chœur, coté nord, Notre-Dame de Paris / L'INSTITUTION DE L'EUCHARISTIE, LA CENE, XVIème siècle - Eglise Saint-Sulpice, Breteuil-sur-Iton (Eure)

> Cliquez sur les œuvres pour les voir dans leur entier

Compagnon des Muses, le vin est à la croisée des arts, que ce soit, par exemple, la littérature, la musique, les arts décoratifs ou les arts plastiques. Dans tous les cas, le vin est un témoin irremplaçable de notre histoire sociale et culturelle. Si à ce jour, le MVV Musée Virtuel du Vin est principalement consacré à la peinture, quelques exemples puisés dans d’autres formes artistiques nous permettent également de l’illustrer, de "le voir". Ces deux exemples traitent du même thème que cette galerie de peinture.

 

Découvrez le Vin des Arts  >>

LE SANG DU CHRIST DANS LE NOUVEAU TESTAMENT ET L'ICONOGRAPHIE CHRETIENNE, LES GALERIES

Noces de Cana
Paraboles
Dernière Cène
Souper à Emmaüs
Vendange de la Terre
Rédemption
En voir plus